Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

A Tours, le maire estime qu'il y a urgence à construire ou réhabiliter plusieurs dizaines d'écoles

vendredi 31 août 2018 à 18:27 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

Christophe Bouchet entend présenter d'ici la fin de l'année son audit sur l'état des écoles de la ville de Tours. Il parle d'urgence. Il estime qu'il faudra construire une dizaine d'école d'ici 10 ans pour scolariser dans de bonnes conditions les 9.500 élèves de la ville.

Les écoles de Tours scolarisent 9500 élèves
Les écoles de Tours scolarisent 9500 élèves © Maxppp - Est Républicain/Maxppp

Tours, France

Le maire de Tours a fait le point sur la rentrée scolaire ce vendredi après-midi à l'école Jean de la Fontaine à Tours-Nord, une école dont l'élémentaire a été refait à neuf.  Pour cette rentrée, 9.500 élèves sont scolarisés dans les écoles de Tours pour cette rentrée 2018; des élèves qui n'auront donc plus classe le mercredi. On revient donc à la situation de 2013 ! 

Les parents et conseils d'école ont voté en début d'année le retour à la semaine de quatre jours (60% des 70% de retours), ce qui va permettre à la ville d'économiser 500.000 euros à la ville de Tours entre septembre et décembre. Du coup les temps d'activités périscolaires sont arrêtés, mais les accueils de loisirs eux fonctionnent de 8h à 18h30 le mercredi. La ville de Tours dispose au total de 1.600 places mais ça ne suffit pas. Il y a 400 demandes en attente non-satisfaites. Du coup la mairie a décidé d'ouvrir en urgence une centaine de places.

Cette tension est classique à chaque rentrée" - Barbara Darnet-Malaquin, adjointe à l'éducation à la ville de Tours

Pour Barbara Darnet-Malaquin, adjointe à l'éducation à la ville de Tours, cette tension est classique à chaque rentrée et des ajustements sont effectués dans les premiers jours de la rentrée. Pour autant, certains parents se retrouveront sans solution mais les murs ne sont pas extensibles, et il faut respecter le taux d'encadrement. En sachant qu'une place en accueil de loisirs coûte 1.000 euros/an à la collectivité, mais c'est un service public.  On comptait 1.150 places d’accueil de loisirs fin 2013 (fin de la semaine de 4 jours), on en compte 1700 aujourd'hui.

Il y a urgence. L'état de plusieurs dizaines d'écoles est insuffisant

Par ailleurs, le maire de Tours tire la sonnette d'alarme sur l'état de certaines écoles. Il parle d'urgence, alors que l'éducation est le premier budget d'investissement avec 7,6 millions d'euros. Il a demandé un audit sur l'état des écoles de Tours, classés en quatre catégories :  très satisfaisant/satisfaisant/insuffisant/très insuffisant. On compte 58 écoles sur Tours, et il estime qu'il faut en construire une bonne dizaine d'ici 10 ans (huit de type Pailleron et deux en préfabriqués). Il précise aussi que plusieurs dizaines sont également dans un état insuffisant.

Le maire de Tours présentera d'ailleurs d'ici la fin de l'année un plan de modernisation des écoles pour que les tourangeaux, comme pour la voirie, sachent quels  seront effectués dans leur quartier. Il estime que beaucoup d'erreurs ont été commises par le passé lorsque les constructions de logement a poussé dans les différents quartiers de Tours. "On aurait pu faire payer au privé, certains écoles quand les logements ont poussé", notamment aux Deux Lions, où la nouvelle école va coûter six millions d'euros pour 200 enfants, explique Christophe Bouchet. Le maire de Tours qui présentera son plan décennal de modernisation d'ici la fin de l'année. 

Quel avenir pour la cuisine centrale

Le maire de Tours a aussi évoqué l'avenir de la cuisine centrale, qui prépare les repas de cantine. 7.300 enfants déjeunent à la cantine scolaire  chaque jour. Des repas qui comportent de plus en plus de bio : 18% du montant des achats. 

Pour préparer ces menus, le maire envisage soit de nouer des relations avec le CHRU qui élabore 20.000 repas/jour, mais cela semble compliqué. Soit la régie, mais cela implique un transfert de personnels, une réaffectation. Ou bien la concession au privé. Pour l'instant, le choix n'est pas arrêté. 

Un repreneur pour la crèche Pomm'Cassis ?

Pour la petite enfance, l'été aura été marqué par la liquidation de la crèche Pomm Cassis (12 personnes licenciées pour 26 places). La ville a trouvé des places pour une dizaine de familles sans solutions dans le quartier du Beffroi/Tours-Nord. Il s'agit de familles qui ont fait une demande à la ville. La municipalité espère pouvoir rouvrir cette crèche, après la fin des délais légaux, c'est à dire en décembre 2018 ou janvier 2019. Il y a 2 repreneurs sérieux. 

Au total on compte 19 établissements de petite enfance à Tours, soit 725 places.