Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

À Valence, des jurys refusent de délibérer sur les notes du bac

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Des professeurs qui composent les jurys du baccalauréat refusent de délibérer ce jeudi matin à Valence, dans la Drôme. Toutes les copies ne sont pas encore arrivées. Les correcteurs dénoncent les réformes du lycée et du bac.

A Valence, des jurys refusent de délibérer sur les notes du BAC. (image d'illustration)
A Valence, des jurys refusent de délibérer sur les notes du BAC. (image d'illustration) © Radio France - Juliette Micheneau

Valence, France

"Le ministre introduit une inégalité entre les candidats" clame une professeure valentinoise, elle corrige des copies du bac de philosophie. Elle a refusé ce mercredi de les rendre dans les temps. "Il y a ceux qui seront évalués sur la base de l’examen national et les autres seront évalués grâce au contrôle continu."

Mercredi, le ministre de l'Education nationale a demandé aux enseignants de prendre en compte la moyenne du contrôle continu des candidats dans une matière dont la note au bac n'aurait pas été communiquée par des correcteurs grévistes à des jurys qui se réunissent aujourd'hui.

Des délibérations mouvementées

Depuis ce jeudi matin, les professeurs et correcteurs sont en  jury de délibération. On apprend d'ailleurs que certains jurys refusent de glisser la note du contrôle continu là où il manque des copies, c'est le cas dans la Drôme, au moins à Valence. Selon un professeur sur place : "Les chefs de centre mettent la pression pour que les jurys mettent la note du bulletin à la place de la note manquante. La plupart ont refusé."

Aymeric Meiss, le directeur de cabinet du rectorat de Grenoble assure que cela ne changera rien : "Le contrôle continu n’est pas issu de nulle part, il est issu du travail de l’élève tout au long de l’année. Le ministre l’a rappelé. Si la correction de la note peut être faite demain ou après-demain, et qu’elle est plus favorable à l’élève, elle sera prise en compte. Mais il y a une évaluation claire et objective."

Le ministère de l'Éducation nationale espère voir le nombre de copies manquantes passé de 80.000 à 50.000 dans la journée.