Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Valentigney, ils défendent l'instruction en famille pour se protéger du Covid

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Les parents se mobilisent pour défendre l'école à la maison qu'Emmanuel Macron veut réserver aux seuls cas qui relèvent des impératifs de santé. A Valentigney, Emilie et Vincent ont fait le choix de l'instruction en famille pour se protéger du Covid. Mais aussi pour la réussite de Célestine.

Vincent, Emilie et Célestine autour du cahier "d'école à la maison".
Vincent, Emilie et Célestine autour du cahier "d'école à la maison". © Radio France - Christophe Beck

Les familles qui pratiquent l'instruction en famille sont "vent debout" contre la suppression de cette liberté annoncée la semaine dernière par le président Macron dans son discours sur le séparatisme. L'école à la maison sera réservée aux cas qui relèvent d'impératifs de santé.   

En France, 50 000 enfants sont scolarisés à la maison (dont la moitié seulement pour raisons médicales).  "Et pour la très grande majorité, ça se passe très bien", clament les associations qui défendent cet enseignement.  "On punit de nombreuses familles à cause d'une minorité qui fait n'importe quoi", explique Vincent, le papa de Célestine (grande section de maternelle) à Valentigney.  

Vincent et son épouse Emilie ont fait le choix de l'école à la maison pour se protéger du Covid. "Nous sommes atteint d'une maladie chronique tous les deux. Nous avons donc opté pour l'instruction en famille, autant pour nous protéger nous, que nos aînés et même Célestine.

"Depuis septembre, notre fille a déjà fait de beaux progrès", se réjouit le papa de Célestine

Ils ont pris les choses très au sérieux en construisant un programme écrit, qui tient dans un gros classeur, en respectant les recommandations de l'éducation nationale. "Célestine a été testée pour connaitre ses lacunes et ses points forts et ainsi adapter ce programme à son propre parcours", explique Emilie. "Depuis un mois, elle a déjà fait de super progrès. Elle commence à savoir lire et à compter, alors que c'est au programme du CP" ajoute Vincent le papa.  

Célestine en plein devoirs
Célestine en plein devoirs - DR

Une mission à temps plein pour les parents. Le papa est en télétravail. La maman à la maison. "Si on veut s'investir pour l'enfant, on peut faire de belles choses. Car il y a beaucoup de supports sur internet", ajoute Emilie.

Emilie et Vincent soulignent également les nombreux contrôles dont il ont déjà fait l'objet, de la part de la l'éducation nationale, comme de la part de la ville de Valentigney. "Les quelques familles qui pratiquent cette école à la maison le font avec le plus grand sérieux" atteste Arnaud Jacquot, adjoint au maire de Valentigney en charge de la petite enfance. 

Dans le Nord-Franche-Comté, les familles entendent se mobiliser samedi 10 octobre, dans les centres villes de Belfort et Montbéliard, mais également dans quelques centre commerciaux, pour réclamer le maintien de cette instruction en famille, en lien avec l'association UNIE.   

Des pétitions ont été lancée comme celle-ci qui s'adresse directement aux députés.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess