Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

À Vendargues, les enfants vont à l'école en calèche

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Près de Montpellier, à Vendargues, les cinq écoles primaires de la commune sont desservies par des "hippobus". L'initiative est née il y a onze ans. Trois calèches sont désormais nécessaires pour amener une centaine d'enfants devant le portail de leur établissement.

Pour la mairie, le coût de ces transports en calèche s'élève à 114.000 euros.
Pour la mairie, le coût de ces transports en calèche s'élève à 114.000 euros. © Radio France - Quentin Perez de Tudela

Vendargues, France

Comme tous les jours d'école, Richard, avec les cinq autres employés communaux, s'active dans un hangar de Vendargues pour préparer les chevaux. "Lui, c'est Vicomte, dit-il, en lui portant une caresse du dos de la main. Il est très calme, comme ses quatre autres congénères." 

Il y a cinq chevaux. Chacune des deux plus grandes calèches sont tirées par deux chevaux. Un seul suffit pour la plus petite.  - Radio France
Il y a cinq chevaux. Chacune des deux plus grandes calèches sont tirées par deux chevaux. Un seul suffit pour la plus petite. © Radio France - Quentin Perez de Tudela

Il est 7h30, ce vendredi matin. Dans un peu moins d'une demi-heure, ces chevaux tireront les trois calèches dans lesquelles monteront une centaine d'enfants pour se rendre à l'école. Tout doit donc être près pour 8h, heures du premier arrêt, près des arènes de la ville. 

Reportage sur le transport scolaire en calèche à Vendargues

Des enfants plus détendus

Là-bas, sur le bord de la route, des enfants attendent avec impatience l'arrivée des "hippobus". Robin, 6 ans, est en CP. Et il est pressé de monter à bord d'une des calèches. "J'ai aucun mal à le lever, le matin", s'amuse Jennifer, sa maman. 

"Le soir, quand il rentre de l'école, si je le laissais dans l'hippobus, il n'en descendrait pas"

Au total, le convoi fait 12 arrêts et dessert les cinq écoles primaires de la commune : Coso, Les Garrigues, La Ribambelle, Les Asphodèles et Saint-Joseph. Dans les calèches, tous les enfants sont donc mélangés et apprennent à faire connaissance. Louis, lui, s'amuse avec "son meilleur ami", comme il dit. 

"Avec Ruben, on joue toujours à 007 dans la calèche. "

La première calèche a été mise en place il y a neuf ans. Mais avec le nombre croissant d'habitants, la mairie a investi dans deux autres calèches. La dernière a pris du service cette rentrée, explique Max Rascalou, adjoint délégué à l'hippomobilité.

"Ces hippobus permettent de réguler un peu la circulation."

Avec la construction du nouveau quartier de l'Eden, une quatrième calèche pourrait être mise en place l'année prochaine, après les élections municipales. 

Micro-trottoir sur les enfants qui se rendent à l'école en calèche

Choix de la station

France Bleu