Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Académie de Besançon : une école sur quatre repasse à la semaine de quatre jours

mardi 29 août 2017 à 18:30 Par Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard

Par décret publié le 28 juin dernier, le gouvernement laisse la possibilité aux municipalités de revenir à la semaine de quatre jours d'école. Certaines ont foncé pour basculer dès la rentrée. Dans l’académie de Besançon, c’est le cas pour une école sur quatre.

L’école de Denney va revenir dès lundi à la semaine à quatre jours mais les finances de la commune vont en pâtir
L’école de Denney va revenir dès lundi à la semaine à quatre jours mais les finances de la commune vont en pâtir © Radio France - Nicolas Wilhelm

Belfort, France

Dans les trois grandes villes du Nord Franche-Comté, il n’y aura pas de changement à la rentrée : Héricourt, Montbéliard et Belfort restent à la semaine de quatre jours et demi. Mais l’école du mercredi matin vit certainement sa dernière rentrée.

Belfort va consulter

A Belfort, la municipalité va lancer une grande consultation auprès des parents et des enseignants des 31 écoles. Ils pourront voter du 18 septembre au 2 octobre prochain et dire s’ils sont pour ou contre le retour de la semaine de quatre jours. « Il n’est pas question de se précipiter. Nous avons choisi d’avoir du bon sens, de réfléchir et de consulter. Nous respecterons le choix des parents » explique le maire Damien Meslot. Les élus décideront en fonction du résultat qui s’appliquera à la rentrée 2018.

Montbéliard dans l’attente

A Montbéliard, les élus réfléchissent également à une consultation. Pour Héricourt et le pays d'Héricourt, des réunions entre élus, parents d'élèves et enseignants auront lieu cet automne. On se dirige là aussi vers le retour de la grasse matinée du mercredi matin. De leur côté, Valentigney et Seloncourt se donnent un an pour trancher.

Unanimité à Roppe

Plusieurs communes ont choisi cet été de revenir à la semaine de quatre jours dès la rentrée , c'est à dire dès lundi prochain. Dans le Territoire de Belfort, 14 communes sont concernées. Roppe en fait partie. 66 des 67 familles concernées étaient pour un retour à la semaine de 4 jours, une majorité dès la rentrée 2017. « Les activités péri scolaires ne se passaient pas sur les lieux de l’école et les enfants n’avaient que vingt minutes d’activités au grand maximum le soir avant d’aller prendre le bus. Et ça nous coûtait très cher, une dépense de plus de 37 000 euros par an » explique le maire Louis Heilmann. Les enfants du groupe scolaire de Roppe auront donc droit à la coupure du mercredi pour recharger les batteries.

« J’entendais beaucoup de gens expliquer que les enfants étaient fatigués à partir du jeudi. Ce retour à quatre jours va supprimer cet inconvénient qui était majeur à mes yeux » ajoute le maire. Le personnel du péri-scolaire ne sera pas perdant car le centre de loisirs ouvrira le mercredi toute la journée. Plus d'école le mercredi matin va aussi permettre à Roppe d'économiser de transport 3 000 euros par an.

Denney mis devant le fait accompli

A Denney, la commune voisine de Roppe, les élus vivent très mal ce retour aux quatre jours d'école. C’est une décision du Syndicat de la Baroche dont dépend Denney comme Phaffans, Eguenigue, Lacollonge et Menoncourt. Seulement, le fonctionnement de l'école de Denney qui accueille une cinquantaine d'élèves ne permet pas un retour à la semaine de quatre jours. « Le personnel dédié aux activités péri-scolaires va perdre des heures et le transport va nous coûter 67% de plus que l’an passé. Il va passer de 31 500 à 52 700 euros. Les circuits scolaires ne correspondent plus avec ceux des collèges. Le transporteur va donc devoir mettre en place des cars et du personnel supplémentaire » confie Jean-Paul Morgen, le maire excédé par la décision du syndicat. Concernant le transport scolaire et les horaires, le maire devrait en savoir plus ce jeudi lors d'une réunion avec le SMTC, le Syndicat Mixte des Transport en Commun.