Éducation

Agression au lycée de Colomiers : des enseignants mettent en cause les moyens pour faire face à l'état d'urgence

Par Stéphanie Mora et Jean Saint-Marc, France Bleu Toulouse lundi 17 octobre 2016 à 22:04 Mis à jour le mardi 18 octobre 2016 à 17:35

Le lycée Victor Hugo à Colomiers est réputé tranquille.
Le lycée Victor Hugo à Colomiers est réputé tranquille. © Maxppp - David Becus

Une professeur de sport a été agressée par un élève au lycée Victor Hugo ce lundi à Colomiers. Il semble que les nouvelles règles imposées par l'état d'urgence aient conduit à cet acte de violence. Certains professeurs ont fait valoir leur droit de retrait. La rectrice parle d'acte inacceptable.

MISE A JOUR : ce mardi 18 octobre à 17h35.

Ce lundi matin, un élève de terminale aurait tenté de sortir du lycée Victor Hugo par un accès interdit. La professeur de sport s'est interposée pour faire respecter la règle et le lycéen, qui est majeur, a frappé l'enseignante. Elle n'est pas gravement blessée, "elle ne souffre d'aucune fracture" indique ainsi le proviseur Didier Devillard. L'enseignante souhaitait même reprendre les cours dès ce mardi après-midi. Le proviseur a lui souhaité qu'elle attende mercredi matin.

L'incident a profondément choqué la victime mais aussi les élèves présents et toute la communauté enseignante. "Tout le monde est sidéré" indique le proviseur qui précise que "des professeurs qui sont dans l'établissement depuis trente ans disent ne jamais avoir vu ça." Ce mardi matin les professeurs ont fait jouer leur droit de retrait jusqu'à 11 heures pour discuter entre eux, et avec leurs élèves, de l'incident.

Le lycée manque de personnel pour assurer la sécurité selon le SNES

Depuis la mise en place des mesures de sécurité autour des établissements scolaires, on ne rentre ni ne sort plus comme l'on veut au lycée Victor Hugo. Une zone fumeur a été créée dans la cour, les allées et venues se font à heure fixes et par des accès limités eux aussi. La mise en place de ces mesures se fait à moyen constant , il manque des surveillants au lycée de Colomiers, les professeurs se retrouvent à faire la police à l'entrée. Comme la professeur de sport hier matin.

C'est pourquoi de nombreux professeurs réclament des recrutements supplémentaires. Avec "environ 17 surveillants et trois CPE" un des conseillers d'éducation reconnaît que son service est en sous-effectif : "on manque un peu d'encadrement par rapport à la taille de l'établissement"

Une plainte déposée et un conseil de discipline à la rentrée

Quant aux circonstances exactes de l'incident elles restent floues ce mardi soir. "Nous n'avons pas d'éléments" explique le proviseur Didier Devillard. "Son dossier est classique, je n'avais aucun élément qui pouvait annoncer un tel geste. Mon adjointe l'a vu hier, il n'expliquait pas son geste... Je pense que c'est une rencontre fortuite entre une professeur et un élève qui veut faire le mur... Interpellé il a eu, à un instant T, un geste totalement incompréhensible."

Il devra s'expliquer en conseil de discipline au retour des vacances de Toussaint. Il devrait aussi être convoqué au commissariat puisque la professeur a déposé plainte ce mardi en début d'après-midi, conformément aux directives de la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud Belkacem.

Partager sur :