Éducation

Alerte intrusion malveillante dans les 432 écoles du Calvados

Par Michel Legorjus, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) mardi 18 octobre 2016 à 16:56

les élèves se rassemblent dans la cour après l'alerte
les élèves se rassemblent dans la cour après l'alerte © Radio France - Michel Legorjus

10 h 50 ce mardi, la sirène a sonné dans les 432 écoles du Calvados, pour le déclenchement du plan de mise en sécurité intrusion. L'objectif préparer et entraîner les élèves et le personnel de l'éducation nationale en cas d'attentat ou d'intrusion malveillante.

Aucun effet de surprise, aucune panique , mais souvent un bon moment de rigolade. Depuis la rentrée scolaire les élèves le savaient, avant les vacances de la Toussaint ils devraient participer à un PPMS : plan particulier de mise en sûreté: exercice du jour se préparer et s'entraîner en cas d'intrusion malveillante. Il s'agit de développer la vigilance face au risque, et de connaître les bons réflexes pour y faire face.Pas de surprise ce mardi car à la veille des vacances scolaires il ne restait que cette date pour organiser l'exercice. Seule inconnue l'heure à laquelle sonnerait l'alarme.

Un mot d'ordre le silence total

10h50 la sirène retentit dans les 432 écoles publiques et privées du Calvados: 128000 élèves concernés.Au signal lycéens, collégiens et écoliers doivent être confinés dans leur salle de classe.Tirer les rideaux, fermer les volets, s'éloigner des portes, murs et fenêtres. Ils doivent se barricader pour empêcher qu'un intrus ne pénètre dans la pièce.Tout le monde doit garder le silence,coupe son téléphone portable. Une vingtaine de minutes plus tard, tous les élèves ont pour consigne de se regrouper à l'endroit prévu dans le plan, souvent dans la cour.C'est exactement ce qui s'est passé au lycée Malherbe de Caen qui compte 2100 élèves et une centaine de professeurs.

Une bonne rigolade et une heure de cours en moins

Tanguy était en cours d'espagnol, il pointe les limites de l'exercice, lui et ses camarades s'y attendaient, si les autorités présentes sur place parlent d'une réussite avec la participation de tous dans le silence, Tanguy évoque lui une franche partie de rigolade dans sa classe et dans plusieurs autres salles.Il aurait préféré ne pas être prévenu. Léa est en terminale , seule intérêt pour elle qui ne croit pas à un attentat perpétré à Caen: elle n'a pas eu cours. Le préfet du Calvados Laurent Fiscus estime que c'est en s'entraînant qu'on apprend, Denis Rolland le recteur d'académie se félicite de l'organisation puisque l'exercice s'est déroulé dans toutes les écoles au même moment, il en annonce au moins un autre avant Noël. Le temps de tirer les enseignements de cet exercice. Pour cela des observateurs étaient chargés de veiller au bon déroulement de l'opération et au respect des consignes. Certaines choses sont à revoir notamment le déclenchement et le son de l'alarme. Un plan particulier qui est aussi un plan de communication pour rassurer les élèves, la communauté éducative et les parents.

Partager sur :