Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Allier : la maire de Saint-Désiré s'enchaîne aux grilles de l'école

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Une des classes du RPI formé les par les communes de Saint-Désiré, Audes et Chazemais doit fermer à la rentrée prochaine. La maire de Saint-Désiré entend bien sauver cette classe, quitte à s'enchaîner.

Nadege Vermez, la maire de Saint-Désiré, avec les élus venus la soutenir
Nadege Vermez, la maire de Saint-Désiré, avec les élus venus la soutenir © Radio France - Emmanuel Moreau

La chaîne est neuve, toute brillante. Un mousqueton la boucle sur les grilles de l'école de Saint-Désiré. Nadège Vermez a attendu que les parents soient venus chercher leurs enfants et que le car de ramassage scolaire soit passé. Elle a enlevé son écharpe tricolore avant de s'enchaîner pour un peu plus de 50 heures, devant les banderoles de la contestation. 

Autour d'elle, des parents d'élèves et les élus des environs, en particulier les maires de Chazemais et Audes. Avec Saint-Désiré, les trois communes forment un RPI (Regroupement Pédagogique Intercommunal). Il y a six classes au total, deux dans chaque commune. Avec la particularité d'accueillir les jeunes de la Maison d'Enfant à Caractère Social de Chazemais. 

Jusqu'à dimanche soir 20 heures

98 enfants sont inscrits pour la rentrée prochaine. Il en faudrait théoriquement 110 pour maintenir les six classes. Une des classes doit donc fermer à la rentrée et l'Education Nationale a demandé aux trois maires de décider quelle sera la commune qui perdra l'une de ses deux classes. La date limite du 5 mars est dépassée mais les trois maires sont unanimes pour refuser de choisir

Pas question pour eux d'endosser ce mauvais rôle de sacrifier une de leurs écoles. Ils demandent toujours le maintien des six classes, qu'ils jugent indispensables, pour les enfants et pour la vie de ce secteur rural (430 habitants à Audes, 450 à SAint-Désiré et 500 à Chazemais), à une vingtaine de kilomètres au nord de Montluçon, tout près de la frontière avec le Cher. 

Deux manifestations ont déjà été organisées, à Chazemais et Audes. C'était au tour de Saint-Désiré pour la troisième, Nadège Vermez a donc décidé d'aller plus loin cette fois et de s'enchaîner aux grilles de l'école pour le week-end. Elle a prévu trois duvets, des amis se relaieront pour lui tenir compagnie et la boulangerie en face de l'école fournira les viennoiseries. Elle doit se "libérer" dimanche soir à 20 heures, en espérant que ces deux jours au plein air permettront de sauver la classe.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess