Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Allonnes : tous les enseignants du lycée Malraux en grève "contre les classes surchargées"

-
Par , France Bleu Maine

Avant l'été, les enseignants du lycée Malraux d'Allonnes (Sarthe) avaient prévenu le Rectorat qu'ils n'accepteraient pas de classe avec plus de 35 élèves. Ce seuil est dépassé en terminale STMG. Les professeurs dénoncent "des conditions de travail infernales" pour eux et pour les jeunes.

Les enseignants ont décidé cette grève à l'unanimité, ce lundi matin
Les enseignants ont décidé cette grève à l'unanimité, ce lundi matin © Radio France - Bertrand Hochet

Allonnes, France

Pas de cours ce lundi au lycée André Malraux d'Allonnes. Les quelque 760 élèves ont été priés de rentrer chez eux. Les enseignants ont décidé, à l'unanimité, de faire grève, mettant à exécution leur menace. Avant les vacances d'été, ils avaient prévenu le Rectorat qu'ils refuseraient "catégoriquement un dépassement du seuil de 35 élèves quelle que soit la classe concernée". Ce lundi 9 septembre, les enseignants ont appris l'arrivée d'un nouvel élève, ce qui porte à 36 l'effectif d'une classe de terminale de section STMG (Sciences et Technologies du Management et de la Gestion). La grève décidée par les professeurs vise nullement l'élève en question. Ils le précisent dans un communiqué. Mais bien le Rectorat, averti dans un courrier du 24 juin que les enseignants n'accepteraient pas "un tel coup de force". 

La barre des 35 élèves 

Les professeurs du lycée André Malraux d'Allonnes sont unanimes pour affirmer qu'au delà de 35 élèves, la gestion d'une classe devient délicate. "Il est difficile de s'assurer que nous avons en permanence l'attention de tous les élèves", explique Jean-François Devillers, professeur de philosophie. "Il est compliqué aussi d'obtenir un minimum de discipline et de respect des règles. Si l'on intervient, par exemple, pour un élève qui utilise son téléphone portable, il est possible que du chahut se développe ailleurs. Sans compter les copies : dans la mesure où ne pouvons pas corriger des quantités de copies en permanence, le rythme des contrôles est un peu plus lent ce qui, évidemment, n'est pas favorable aux apprentissages".   

"Des conditions de travail infernales"

Selon les enseignants, les classes à plus de 30 élèves sont en passe de devenir la norme au lycée Malraux, comme dans d'autres établissements du second degré, en Sarthe. "Ces conditions de travail sont infernales", dénonce Marianne Lana, professeur de Français. "De nombreux collègues se demandent s'ils vont tenir toute l'année". Non pas, sourit-elle, "parce que ce sont des flemmards de fonctionnaires. Mais parce que parfois, on pète un câble!" Le syndicat d'enseignants SNES - FSU réclame l'ouverture d'une classe supplémentaire à Allonnes. Sa représentante au sein du lycée André Malraux, Marie-Pierre Guichet insiste : "voici trois ans, nous avons connu la suppression d'une classe de première de STMG puis d'une classe de terminale. Cette classe manque. La création d'une division supplémentaire est parfaitement justifiée".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu