Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Sport, absentéisme des profs, sécurité... la présidentielle vue par des collégiens bas-rhinois

lundi 27 mars 2017 à 19:28 Par Olivia Cohen, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Dans la cour ou la salle des profs, on parle présidentielle au collège Val de Moder à la Walck et au collège de l'Outre Forêt à Soultz-sous-Forêts, dans le Bas-Rhin. Les élèves ont des idées à soumettre aux candidats et pourtant, regrettent-ils, ces candidats ne s'intéressent pas beaucoup à eux.

Comment la présidentielle 2017 est-elle perçue au collège ?
Comment la présidentielle 2017 est-elle perçue au collège ? © Maxppp -

Bas-Rhin, France

Qu'attendent collégiens et professeurs de cette présidentielle et quelles pistes suggéreraient-ils aux candidats pour améliorer la vie à l'école ? Grosso modo, les collégiens le déplorent : les adultes ne leur font pas assez confiance et les candidats ne s'intéressent pas beaucoup à eux.

Le programme d'un collégien

Léo Kraemer, 14 ans, en quatrième au collège Val de Moder, à la Walck, dans le Bas-Rhin, a un avis bien arrêté sur la question, il a carrément tout un programme. Le petit blond aux yeux bleus peine à citer le nom des onze candidats, car suivre les débats, pour lui, c'est compliqué :

Ils se parlent entre eux, on ne comprend pas ce qu'ils disent, donc à partir de là, c'est compliqué de s'accrocher !

En revanche, il ne manque pas d'idées à suggérer aux candidats pour améliorer la vie à l'école, à commencer par un système de remplacement des professeurs absents au pied levé. Une idée inspirée par son expérience, car il n'a pas eu cours de sciences et vie de la terre pendant un trimestre. Par ailleurs, il faut réduire la dette de l'État français pour investir dans le sport pour tous :

Avec l'argent économisé, on pourrait construire des complexes sportifs pour tous les collèges et s'inspirer du modèle allemand pour faire du sport l'après-midi au lieu des cours. Le sport, ça vide la tête et ça donne le goût de l'effort !

Léo hésite entre une carrière de cycliste professionnel ou de gendarme, car la sécurité, c'est devenu un sujet important pour lui. Il ne serait pas contre une présence policière au sein du collège :

Ce serait utile en cas d'attentat et puis, il y a beaucoup d'élèves qui fument et se droguent. Ce n'est pas de leur âge mais les profs ne leur disent rien : ils ont peur ! Alors, s'il y a quelqu'un pour assurer la sécurité et intervenir, ce serait mieux !

Léo n'est pas fan de débat politique, en revanche, il adore les youtubeurs qui parlent de politique. Il ne regardera donc pas les débats eux-mêmes, mais les compte-rendus, plus accessibles, qu'en feront les fameux youtubeurs.

Le programme de Léo, élève de 4ème - par Olivia Cohen

Des candidats sages comme des images ?

Au collège de l'Outre Forêt à Soultz-sous-Forêts, beaucoup de devoirs et peu de droits, alors si le futur président pouvait revoir tout ça, ce ne serait pas mal aux yeux de Noa et Chloé :

Il faudrait qu'on soit un peu plus libre. Par exemple, à midi, on n'a pas pas le droit d'aller travailler en permanence, on doit rester dehors car ils ne nous font pas confiance. En fait, il y a quelques élèves à qui on ne peut pas faire confiance, donc on est pénalisé à cause d'eux.

Eux, en classe, on leur demande d'être parfaitement sages, il faudrait que le futur président fasse de même propose Noa : "Franchement, il y a beaucoup d'affaires en ce moment, de Fillon à Le Pen." Théo enfonce le clou : "Pourquoi on interdit certaines choses aux enfants, que se permettent de faire des adultes ?"

Finalement, le mieux serait de pouvoir en débattre avec les candidats, analyse Noa :

Si c'est ces personnes haut placées pouvaient venir nous voir, on leur dirait ce qui ne va pas. Ce serait bien de faire ça souvent...

À LIRE EN + : Semaine de la presse à l'école : des collégiens alsaciens formés à distinguer info et intox

Face aux questionnements de ses élèves, Marion Kiefer, professeur de français, doit parfois mettre de côté dictée et grammaire pour laisser la classe s'exprimer :

On demande de plus en plus de choses à l'école. Dans le monde actuel, laisser les élèves exercer leur esprit critique, c'est essentiel mais il n'y a pas toujours le temps de tout faire, alors ce que j'attends de cette présidentielle, c'est davantage d'heures de cours.

Pas sûr que la liberté des élèves ou des heures de cours en plus soient la priorité : Fillon et Le Pen prônent un retour de l'uniforme à l'école, Macron veut y interdire l'usage du portable, quant à Mélenchon et Hamon, leur mesure-phare, c'est recruter des professeurs supplémentaires.

"Pourquoi on interdit certaines choses aux enfants, que se permettent de faire des adultes ?"

À LIRE EN + : À Truchtersheim, des collégiennes apprennent à décrypter les comportements sexistes