Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Enseignement immersif en Alsace : une demande de régularisation du rectorat met le feu aux poudres

mardi 5 décembre 2017 à 21:11 Par Aude Raso, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

La rectrice tente d'éteindre la polémique. Dans une lettre, elle demandait à l'école ABCM de Haguenau de "mettre en conformité" l'une de ses classes immersives, où seuls l'allemand et l'alsacien sont pratiqués.

L'école ABCM Zweisprachigkeit à Haguenau, le 4 septembre 2017
L'école ABCM Zweisprachigkeit à Haguenau, le 4 septembre 2017 © Radio France - Aude Raso

Alsace, France

"La maîtrise de la langue française (fait) partie des objectifs fondamentaux de l'enseignement (...) Je vous demande de vous mettre immédiatement en conformité avec la législation." Le courrier* reçu jeudi 30 novembre au siège de l'association ABCM Zweisprachigkeit, à Schweighouse-sur-Moder (Bas-Rhin), a suscité une vague d'inquiétude. Suite à une inspection, la rectrice de l'académie de Strasbourg y menace de rompre le contrat qui lie l'État à l'une des classes de maternelle de l'école privée ABCM de Haguenau. Depuis la rentrée, cette classe pratique l'immersion totale, à savoir des cours uniquement en allemand et en alsacien... sans aucune utilisation du français. Une première en Alsace.

Pas de remise en cause de l'immersif, selon le rectorat

Le courrier a rapidement atterri sur les réseaux sociaux, suscitant de vives réactions. La polémique a pris une telle ampleur que la rectrice de l'académie de Strasbourg a dû faire une mise au point mardi 5 décembre au soir. "Cette classe en immersion totale à Haguenau n'a pas fait l'objet de demande d'ouverture auprès des services de l'Éducation nationale. Nous avons donc simplement interpellé le réseau ABCM pour demander une régularisation", explique Sophie Béjean, rectrice d'académie :

Je ne veux pas me prononcer sur le résultat de la demande de dérogation. Mais sur le principe de l'école en immersion totale en maternelle, l'académie n'a pas d'opposition. Nous l'observons même avec grand intérêt.

Depuis la rentrée 2017, l'association ABCM Zweisprachigkeit pratique l'enseignement immersif total - 50% en allemand, 50% en alsacien - dans dix classes de maternelle, soit pour environ 200 élèves, répartis dans ses écoles de Haguenau, Mulhouse et Ingersheim. En plus de celle de Haguenau, deux autres classes à Mulhouse ont un contrat d'association avec l'État, ce qui leur impose de respecter les règles et programmes de l'enseignement public.

Contactée par France Bleu Alsace ce mardi, avant la mise au point du rectorat, Sabine Rudio, directrice pédagogique des écoles ABCM Zweisprachigkeit, s'attendait à une demande de régularisation. "Mais demander une dérogation, c'est un peu étonnant, dans la mesure où l'immersion totale existe déjà dans d'autres régions. En Bretagne, au Pays basque, etc... On sait que ça fonctionne, on n'a plus besoin d'expérimenter", dit-elle.

Preuve que le sujet est sensible : le président de la région Grand Est a interpellé la rectrice suite à la parution de ce courrier. Dans un communiqué reçu ce mardi, Jean Rottner se dit "satisfait" de la réponse qui lui a été apportée. La polémique a fait des vagues jusqu'en Bretagne. Lors d'un vote en séance plénière samedi 2 décembre, avant donc la mise au point du rectorat, le Conseil culturel de Bretagne avait demandé au ministère de l'Éducation nationale "de mettre fin à ses menaces d’ostracisme inacceptables".