Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Alsacien à l'école : quel avenir pour l'enseignement immersif ?

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Depuis 2017, l'ABCM Zweisprachigkeit propose des enseignements en langue alsacienne dans des classes de maternelle et de CP. Mais la décision du conseil constitutionnel de retoquer la loi sur l'enseignement immersif devrait lui compliquer la tâche.

Une salle de classe de maternelle de l'école des Mickele à Strasbourg
Une salle de classe de maternelle de l'école des Mickele à Strasbourg © Radio France - Jules Hauss

"Les langues françaises sont un trésor national (...) J'ai demandé au gouvernement de trouver les moyens de garantir la transmission de cette diversité linguistique." C'est par ces mots qu'Emmanuel Macron a réagi sur Facebook à la décision du conseil constitutionnel de censurer une partie de la loi Molac sur l'enseignement des langues régionales. Une loi qui offrait un cadre juridique à l'enseignement immersif, pratiqué par des associations comme l'ABCM Zweisprachigkeit en Alsace. 

Dynamiser la pratique de l'Alsacien 

Depuis 2017, le réseau ABCM permet à des élèves scolarisés en classe de maternelle, d'avoir une ou deux journées par semaine de cours en langue alsacienne. Le reste, en langue allemande. Un outil pour favoriser l'acquisition du dialecte par la population locale. 

"Au début de l'association, il y a trente ans, on faisait moitié français, moitié allemand. Comme on parlait encore l'alsacien dans les familles, on n'avait pas besoin de donner des cours dans le dialecte. Mais depuis quelques années, on voit que l'alsacien perd du terrain. On a donc décidé de s'engager dans l'enseignement immersif", explique Karine Sarbacher, la directrice du réseau ABCM. 

L'expérimentation est en cours dans six places et doit prendre fin en 2022. Elle porte ses fruits selon Sabine Rudio, la directrice pédagogique. Et même si le français n'est introduit qu'à partir du CP, cela ne pose pas de problème dans l'acquisition de la langue d'après elle. "Le retour à la parité allemand/français, en CE1 ne pose pas de problème. Les élèves n'ont pas de difficultés particulières, bien au contraire." 

Un vrai retour en arrière 

L'objectif de l'association était d'étendre le dispositif à une trentaine de classes de maternelles et de CP. Le vote par les députés de la loi Molac, qui autorisait l'enseignement immersif était donc une très bonne nouvelle pour elle. "Cela nous offrait un cadre juridique et surtout, cela ouvrait l'enseignement immersif aux écoles publiques", éclaire Karine Sarbacher. 

Mais le conseil a constitutionnel a jugé que cette mesure n'était pas conforme à l'article 2 de la constitution française qui stipule que "La langue de la République est le Français". 

Une décision qui plonge l'ABCM dans l'incertitude. "On n'a plus aucune garantie. Au terme de l'expérimentation, en 2022, je pense que l'enseignement immersif ne sera plus autorisé. Il faudra donc revenir à un système de parité allemand-français. Ce serait un vrai retour en arrière", s'inquiète Sarbacher. 

Une mobilisation est prévue samedi 29 mai dans toutes les régions concernées par l'enseignement d'une langue régionale (Corse, Bretagne, Pays-Basque...) pour protester contre cette décision. En Alsace, elle aura lieu devant les locaux de Eltern Alsace, à Colmar. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess