Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

À Amiens, les enfants apprennent à lutter contre le gaspillage alimentaire au centre de loisirs

Pas de vacances pour l'éducation au développement durable ! Les enfants pris en charge par les centres de loisirs d'Amiens cet été continuent à être sensibilisés à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Tout se passe pendant le repas : exemple à la ferme de Grâce, entre Amiens et Saveuse.

À la ferme de Grâce, comme dans toutes les cantines scolaires d'Amiens, les enfants se servent eux-mêmes pour les entrées ou les plats froids, afin de lutter contre le gaspillage alimentaire.
À la ferme de Grâce, comme dans toutes les cantines scolaires d'Amiens, les enfants se servent eux-mêmes pour les entrées ou les plats froids, afin de lutter contre le gaspillage alimentaire. © Radio France - Clémentine Vergnaud

Amiens, France

Depuis deux ans, les enfants scolarisés dans les écoles d'Amiens sont sensibilisés au développement durable, par des projets pédagogiques au long cours ou des actions ponctuelles, via la politique de la Ville. Cette éducation se poursuit y compris pendant les vacances scolaires de l'été 2017, dans les différents centres de loisirs. La sensibilisation est faite en conditions : exemple à la ferme de Grâce, entre Amiens et Saveuse, où on lutte contre le gaspillage alimentaire pendant le repas.

Les enfants se servent eux-mêmes

Au menu ce mardi 1er août : "Du chou-fleur et du céleri en entrée, ensuite des pommes noisettes avec de la viande et en dessert un yaourt et une mandarine", liste Chloé, 10 ans. Dans son assiette, comme dans celle de ses 49 autres petits camarades qui déjeunent à la ferme de Grâce, il ne reste presque plus rien. C'est notamment dû à un service repensé. "Ils nous ramènent ce qu'on doit manger dans des saladiers, ils les posent sur notre table et nous on doit se servir la quantité qu'on veut." La manœuvre est valable pour les plats froids uniquement, les plats chauds étant servis directement par des adultes pour des questions de sécurité.

Lana apprécie ce changement : "C'est mieux parce que tu peux choisir la quantité que tu veux manger." Marie-Chantal Carpentier, responsable de la cantine de la ferme de Grâce pendant le mois d'août, approuve elle aussi. "Quand les enfants se servent eux-mêmes, ils mangent la quantité dont ils ont besoin. L'adulte a toujours plus tendance à forcer un petit peu donc ce système là est pas mal." Grâce à cette méthode, la Ville tente de responsabiliser l'enfant en le rendant acteur de la lutte anti-gaspillage. Cela demande beaucoup de pédagogie : "Ça passe d'abord par beaucoup de dialogue et d'explications concrètes pour bien leur montrer au quotidien comment ça peut se traduire", explique Mathilde Roy, adjointe au maire d'Amiens en charge de l'Éducation, de la petite enfance et de la réussite scolaire. "C'est de l'investissement en temps par les personnels du temps de midi."

Le midi, les enfants sont plus réceptifs

La mise en conditions des enfants au moment de l'apprentissage du développement durable est très efficace selon elle. "Il y a beaucoup d'affaires qui se concluent lors de déjeuner parce qu'on est plus réceptif, on est plus disponible à entendre les messages. On applique la même chose parce que le midi, quand les enfants sont un peu libérés des apprentissages, ils sont plus réceptifs donc ils enregistrent mieux ce qui est évoqué." Et pour éviter le gaspillage jusqu'au bout, les restes de 7 200 repas servis tous les jours sont proposés à la SPA.

Mathilde Roy, adjointe au maire d'Amiens en charge de l'Éducation, détaille les méthodes de sensibilisation des enfants au développement durable.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu