Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Andrézieux-Bouthéon : mobilisation au collège Prévert de parents qui redoutent la fermeture de classes

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Un rassemblement a eu lieu ce mardi 23 juin devant le collège Prévert d'Andrézieux-Bouthéon dans la Loire. Des parents et des enseignants mobilisés contre le déplacement d'une classe SEGPA ( Section d'Enseignement Général et Professionnel Adapté) et contre la fermeture d'une 6ème qu'ils redoutent.

Une cinquantaine de parents d'élèves et d'enseignants se sont mobilisés devant le collège Prévert à Andrézieux Bouthéon contre le déplacement d'une classe SEGPA et la fermeture redoutée d'une  6ème
Une cinquantaine de parents d'élèves et d'enseignants se sont mobilisés devant le collège Prévert à Andrézieux Bouthéon contre le déplacement d'une classe SEGPA et la fermeture redoutée d'une 6ème © Radio France - Julien Gonzalez

"Quels apprentissages pour nos enfants ? Marche ou crève" : c'est l'un des slogans des parents d'élèves mobilisés ce mardi 23 juin devant le collège Prévert d'Andrézieux-Bouthéon dans la Loire. 

Ils étaient une cinquantaine de personnes environ, des parents d'élèves accompagnés d'enseignants, inquiets d'une baisse à venir selon eux de la dotation horaires globales au collège pour la rentrée de septembre et qui redoutent la fermeture de classes : une classe de SEGPA ( Section d'Enseignement Général et Professionnel Adapté) qui sera déplacée à Montbrison en septembre et une classe de 6ème générale dont ils craignent vraiment la fermeture à la rentrée prochaine. 

Et forcément la première inquiétude chez ses parents, c'est l'angoisse de voir exploser le nombre d'élèves par classe à la rentrée comme l'explique Marilyne Piot, parent d'élèves membre de la FCPE. Elle redoute le passage de 27 à 30 élèves en 6ème à partir de septembre.

Comment voulez-vous qu'on arrive à apprendre correctement à faire reprendre les bases à 30 élèves ? Moi je reste persuadé qu'en 6ème, ce n'est pas possible !

Parent d'élève et membre de la FCPE, Marilyne Piot redoute vraiment la fermeture d'une classe de 6ème synonyme d'un passage de 27 à 30 élèves

"Notre inquiétude, c'est que les préconisations de l'Education Nationale à la rentrée sont une période de révision, de reprendre les bases du mois de septembre à la Toussaint. Alors je pense que ce n'était vraiment pas le bon moment de monter les classes à 30 élèves ! Comment voulez-vous qu'on arrive à apprendre correctement à faire reprendre les bases à 30 élèves, moi je reste persuadé qu'en 6ème ce n'est pas possible !"

Autre inquiétude soulignée par ces parents : la suppression des dérogations qui permettent aux élèves hors du secteur du collège d'intégrer des classes sportives. Selon Céline Montagnon, maman d'un enfant en classe basket, c'est le rayonnement du collège et la vie des clubs sportifs de la ville qui sont en jeu.

Dérogation refusées, ça veut dire qu'il n'y aura peut-être plus de quoi faire un groupe cohérent pour des entraînements avec suffisamment d'enfants !

Pour Céline Montagnon, maman d'un enfant en classe basket, les dérogations contribuaient à la mixité et au rayonnement du collège.

"Dérogations refusées, ça veut dire que des basketeurs par exemple des autres communes ne pourront pas venir. Il n'y aura peut-être plus de quoi faire un groupe basket cohérent pour des entraînements avec suffisamment d'enfants. Et puis les clubs vont en pâtir parce qu'un élève de Saint-Just-Saint-Rambert qui vient en section sport à Jacques Prévert, il est ensuite dans un club sportif de la ville. Donc ça entraîne pas mal de choses néfastes pour notre ville !"

Une mobilisation « prématurée » selon le directeur académique des services de l'Education Nationale dans la Loire Jean-Pierre Batailler. Lui assure qu'aucune décision n'a été prise pour le moment sur la suppression d'une classe de 6ème à Andrézieux Bouthéon. 

Pour l'instant, la fermeture est loin d'être acquise, nous ne sommes pas dans cette logique-là !

Le directeur académique dans la Loire Jean-Pierre Batailler assure que la décision de suppression d'une classe de 6ème à Andrézieux Bouthéon est loin d'être acquise

"Pour l'instant, il n'en est pas question, nous calculons et nous regardons quels sont les effectifs. A partir des affectations des élèves et des inscriptions des élèves. Donc, certes les effectifs ne sont pas très importants sur le collège en 6ème l'an prochain mais nous n'avons arrêté aucune décision puisque ces calculs sont en cours et que nous ne connaissons pas encore les effectifs . Donc c'est une action prématurée. On n'est ni sur sauvée ou fermée : ou les élèves sont présents et le maintien de cette 8ème classe de 6ème se justifie et il n'y aura pas de problèmes ou alors ils ne sont pas suffisants et nous redéploierons les moyens sur d'autres collèges. Pour l'instant, la fermeture est loin d'être acquise, nous ne sommes pas dans cette logique-là ! 

En revanche, concernant les classes SEGPA, il y en avait 5 à Andrézieux Bouthéon cette année. A partir de septembre, il n'y en aura plus que 4, celle en plus sera déplacée à Montbrison. Un choix qui inquiète Nathalie Gay, enseignante en SEGPA au collège Prévert d'Andrézieux Bouthéon : pour elle, c'est la scolarité d'enfants de niveau 6ème d'Andrézieux et ses environs qui méritent cet accompagnement particulier qui va être sacrifiée.

Puisqu'on va en prendre que 16 en sixième en SEGPA, il y a 5 familles de dossier que l'on connaît qui vont être laissées sur le carreau !

Pour Nathalie Gay, enseignante en SEGPA au collège d'Andrézieux Bouthéon, avec le déplacement d'une classe vers le collège de Montbrison, c'est la scolarité de certains enfants qui méritent un accompagnement particulier qui est en péril.

"Les familles qui n'auront pas la place puisqu'on va en prendre que 16 donc il y a 5 familles de dossier que l'on connaît qui vont être laissées sur le carreau. On va leur dire d'aller mettre leurs enfants à Montbrison. Mais il faut savoir que la SEGPA d'Andrézieux touche des familles qui viennent de Saint-Bonnet-le château donc il y a la ligne 120 qui venait. Sauf qu'il n'y aura pas de ligne pour aller sur Montbrison. Donc ces familles-là, s'il y a trop de trajet, elles vont dire non et refuser l'enseignement spécialisé dont leur enfant a besoin. Et ils vont les mettre en générale et ça va provoquer une souffrance pendant toute la scolarité. On n'est pas d'accord là-dessus et ça va certainement nous aussi entraîner une perte de postes. Alors ils nous ont dit pas pour la rentrée prochaine mais au fil du temps, si on reste sur 4 classes, on va perdre un poste de prof des écoles". 

Une réunion entre le directeur des services académiques et les parents d'élèves du collège Andrézieux Bouthéon est prévue lundi 29 juin. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu