Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Apprentissage à Rouen : la Matmut attire les étudiants en Master

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le nombre de jeunes entrés en apprentissage bat des records en 2019, notamment auprès des étudiants des grandes écoles et en Master. Exemple à la Matmut à Rouen.

Ilyesse Chaoui, étudiant en Master et apprenti dans la secteur des assurances, à la Matmut à Rouen
Ilyesse Chaoui, étudiant en Master et apprenti dans la secteur des assurances, à la Matmut à Rouen © Radio France - Olivia Cohen

Les apprentis, ces jeunes qui alternent formation théorique et travail en entreprise, n'ont jamais été aussi nombreux ! Le ministère du Travail annonce un record : 353 000 jeunes entrés en apprentissage en 2019, soit 16% de plus que l'an dernier. 

Le gouvernement espère qu'un nouveau record sera battu cette année, avec son nouveau système de financement de l'apprentissage, en vigueur depuis le 1er janvier dernier. L'objectif de cette réforme, votée à l'été 2018, est de mieux répondre aux besoins des entreprises.

La Matmut attire les apprentis

Une tendance est à noter dans ces bons scores : c'est dans l'enseignement supérieur, en Master et dans les grandes écoles, que le nombre d'apprentis explose. C'est le cas d'Ilyesse Chaoui, étudiant en Master et apprenti dans la secteur des assurances, à la Matmut à Rouen.

Depuis un an et demi qu'il est apprenti à la Matmut, Ilyesse travaille face à deux écrans. Son bureau trône au milieu d'un grand open space lumineux. Il y traite des dossiers deux semaines d'affilée et puis il retourne sur les bancs de l'école pendant deux semaines. Un rythme qui a aidé ce jeune homme de 24 ans à se poser :

J'ai appris à m'organiser ! Bon, ce n'est pas encore parfait, mais c'est mieux qu'avant !

En un an et demi d'apprentissage, Ilyesse l'a vérifié : les assurances, c'est sa vocation : "Quand ça ne va pas à cause d'une mauvaise note en cours, j'arrive au bureau et je me sens utile !" 

"Quand j'ai une mauvaise note en cours, je retourne au bureau et je me sens utile" - Ilyesse, apprenti

À ceux qui traitent l'apprentissage de salariat déguisé, Ilyesse répond très calmement : il est rémunéré oui, mais il n'est pas livré à lui-même, sa tutrice veille : "Cela m'est déjà arrivé de me tromper sur des dates de résiliation, soit je m'en rends compte, soit ma tutrice s'en rend compte, soit le client nous le signale et dans ces cas-là, je dis que je suis alternant et en phase d'apprentissage et tout se passe très bien !"

Rien ne vaut la pratique

Stratégie qui a convaincu dans le service : "Il est adorable, il a une belle personnalité, de belles valeurs !" Maryline Roche, cheffe du service où Ilyesse officie, ne tarit pas d'éloges sur le jeune apprenti. Mettre un pied dans l'entreprise via l'apprentissage, c'est l'avenir, selon elle :

Rien ne vaut la pratique ! 

Ilyesse occupera son bureau jusqu'en juin, date de fin de son apprentissage, et peut-être plus, s'il reçoit une proposition d'embauche.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu