Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Après les vacances d'automne, il n'y aura plus d'école dans le petit village de Prévocourt

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

A la rentrée, les élèves de Prévocourt, petit village du Saulnois, iront à l'école à Lesse, à une dizaine de kilomètres de là. Jusqu'à présent, Prévocourt hébergeait la classe de CE1-CE2 d'un regroupement pédagogique intercommunal. Mais il y aura désormais une école unique.

Il n'y aura bientôt plus de manteaux accrochés dans le couloir de l'école de Prévocourt
Il n'y aura bientôt plus de manteaux accrochés dans le couloir de l'école de Prévocourt © Radio France - magali fichter

Prévocourt, France

Ce vendredi, ce sont les vacances d'automne pour les écoliers mosellans. Deux semaines de congés, à l'issue desquelles la rentrée n'aura pas la même saveur pour tout le monde : les 26 enfants scolarisés à l'école de Prévocourt, dans le Saulnois, ne reviendront pas dans leur classe de CE1-CE2. L'école est pourtant presque neuve, elle a été rénovée il y a moins de trois ans.

Une école unique à Lesse pour une centaine d'élèves

Mais Prévocourt fait partie du syndicat scolaire de la Nied, avec cinq autres communes, qui ont toutes voté pour un projet d'école unique à Lesse, à dix kilomètres de là, pour un coût de 580.000 euros. Cette école regroupera donc désormais la centaine d'élèves du syndicat (les travaux devaient être terminés pour la rentrée de septembre, mais ils ont pris du retard). 

Aller à l'école dans son village, à pied, c'est un luxe" - Nicolas, parent d'élève

Problème, les habitants de Prévocourt ne voient aucun avantage à ce nouveau regroupement, à l'image de Nicolas, papa de Martin, en CE1 :  "Bien sûr qu'il est triste, il va devoir prendre le bus quatre fois par jour alors que là, il rentre à la maison et mange avec moi tous les midis. Là, il va devoir se lever plus tôt le matin, et il aura une pause plus petite entre midi. Aller à l'école dans son village, à pied, c'est un luxe".

Des coûts supplémentaires ?

Mais qu'y a t'il à gagner dans cette nouvelle école unique ? Rien, selon le maire de Prévocourt, Gérard Meyer, lui aussi très remonté, qui liste, au contraire, tous les inconvénients : "il y aura désormais deux bus, car ce n'est pas du tout le même circuit d'autobus, même avec le même nombre d’élèves, pour pour trois écoles, et pour une seule. Le syndicat de l’école sera donc obligé d’engager une deuxième personne pour accompagner les enfants dans les bus."

Ni périscolaire, ni cantine

Et ce n'est pas du tout, explique-t-il : "La cour de la nouvelle école est minuscule, parce qu'ils ont dû rogner sur l'ancienne pour construire les nouveaux bâtiments nécessaires. Il n'y a pas de périscolaire, il n'y a pas de cantine. Par rapport à la situation précédente, il n'y a que des coûts supplémentaires", souligne-t-il, pointant un budget en hausse de plus de 40%.

Une école, dans un village, c'est de la vie" - Gérard Meyer, maire de Prévocourt

Et puis, Gérard Meyer a un pincement au coeur de savoir son école toute neuve bientôt vide : "une école, dans un village, c'est de la vie, c'est l'occasion pour les parents de se rencontrer, de parler de toutes sortes de choses. C'est une vraie perte." Il n'a plus d'espoir de sauver son école. 

Prévocourt veut quitter le syndicat scolaire de la Nied

La seule chose qu'il souhaite désormais, c'est de changer de syndicat scolaire, et d'intégrer celui de Delme, plus proche ou en tout cas plus facile d'accès que Lesse, et qui compte une cantine et un périscolaire. Mais pour cela, il faut que le syndicat scolaire de la Nied accepte de laisser partir Prévocourt, ce qui leur est refusé pour l'instant. Gérard Meyer en appelle au préfet et se dit prêt à aller jusqu'au tribunal administratif.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu