Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ardèche : l'école de Montpezat sous tension

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Drôme Ardèche
Montpezat-Sous-Bauzon, France

Depuis la rentrée, des services, jusque-là gratuits, sont payants. Des parents d'élèves viennent de créer un collectif pour dénoncer la décision du maire.

Salle de classe dans une école primaire (illustration)
Salle de classe dans une école primaire (illustration) © Maxppp

Une vingtaine de parents d'élèves, presque la moitié de l'établissement, dénoncent les tarifs désormais appliqués. 1 euro par enfant pour chaque service. Les services sont la garderie (matin ou soir) et les activités périscolaires. En comptant la cantine, une semaine dans cette école, explique le collectif, c'est un coût de 25 euros par enfant. Et il y a 36 semaines dans une année scolaire. Pour certaines familles, le budget devient serré, difficile à tenir. Une des mamans que nous avons rencontrée parle même d'un impôt local déguisé. Et la colère de ces parents n'est pas prête de retomber. Le prix du ticket de cantine pourrait être bientôt augmenté. Ajoutons que le service de transport a été supprimé pour les enfants vivant à moins de 3 km de l'école. Le maire Daniel Chambon, lui, reste droit dans ses bottes. "La commune est hyper endettée à cause d'investissements lourds et mal financés par mon prédécesseur" dit-il. Tout le monde doit faire des efforts pour le redressement du village selon lui. Daniel Chambon évoque également la possibilité d'une vengeance politique car, dans le collectif, il y a des hommes et des femmes qui faisaient partie de la liste qu'il a battue lors des élections municipales de mars 2014.

Du coup, à Montpezat, il y a de l'électricité dans l'air. Et aucune réunion de conciliation n'est à ce jour prévue.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess