Éducation

Au collège de Danjoutin, entre le français et les maths on fait du jardin

Par Hugo Flotat-Talon, France Bleu Belfort-Montbéliard jeudi 18 mai 2017 à 17:59

Les élèves volontaires repartent avec les récoltes, qui ne peuvent pas être utilisées à la cantine à cause des règles d'hygiène.
Les élèves volontaires repartent avec les récoltes, qui ne peuvent pas être utilisées à la cantine à cause des règles d'hygiène. © Radio France - Hugo Flotat-Talon

Les élèves du collège de Danjoutin ouvrent les portes ... de leur jardin ce vendredi ! Des cultures qui existent depuis trois ans, qui enchantent les élèves et permettent à leurs professeurs de faire de la pédagogie de façon différente.

Des œillets d'Inde, du persil, des tulipes et près de quarante autres variétés de fleurs et d'herbes. Créé il y a trois ans, le jardin pédagogique du collège Mozart de Danjoutin est digne d'un travail de professionnels. "Tout a été fait par les enfants", montre Anne Bailly, professeur de sciences et vie de la terre au collège et coordinatrice du projet. Avec le vingtaine d'élèves de la sixième à la troisième qui gèrent le jardin cette année, elle présentera ces plantations à tous ceux qui le souhaitent ce vendredi entre 9h et 12h, dans le cadre de la semaine "_Danjoutin prépare demain_". Des plantations sans mauvaises herbes !

Sous le soleil, on arrache les mauvais herbes !  - Radio France
Sous le soleil, on arrache les mauvais herbes ! © Radio France - Hugo Flotat-Talon

Cette année une vingtaine d'élèves de la sixième à la troisième s'occupe de ce jardin. "Il est en forme de tortue, c'est une forme imaginée par des élèves en cours d'arts plastiques", explique Anne Bailly. Car le jardin permet non seulement de travailler la terre mais aussi de faire travailler les élèves sur de multiples matières. "On a de nombreuses plantes avec des noms latin, ça permet de leur apprendre la langue. Et on travaille aussi les maths". Récemment par exemple, des copeaux ont été déposés autour des bacs en bois. Ce sont les élèves qui ont calculé la quantité nécessaire en fonction de la superficie des lieux. Prochainement les collégiens vont végétaliser des structures en bois, en métal. "Là ce sont des élèves du lycée de Mouchard dans le Jura et du lycée Follereau de Belfort qui les feront et les élèves du lycée agricole de Valdoie vont nous aider", s'enthousiasme le principal du collège Yves Brzustowski.

"On fait autre chose que d'être sur son portable"

Pour les élèves volontaires qui s'occupent de ce jardin, celui-ci est avant tout un moyen de décompresser. "Dans la cour tout le monde a son portable, ici on fait autre chose", raconte Lina, élève de sixième. Derrière elle ses copines s'amusent des voir "des cloportes et des vers de terre" en arrachant les mauvaises herbes. "C'est drôle, j'ai déjà eu des parents qui me disent que les enfants ne touchent pas au jardin à la maison mais le font ici", sourit Anne Bailly. Des séances jardins qui donneront peut-être aux collégiens l'envie de créer un jardin lorsqu'ils seront devenus adultes. "J'ai déjà des élèves qui veulent aller au lycée agricole de Valdoie, c'est agréable", confie Anne Bailly. Derrière elle "le chef des travaux" comme on le surnomme ici, remet quelques pavés. Maxime, élève de troisième qui a connu le projet depuis le départ, s'exerce déjà pour son futur métier. Il sera paysagiste. "Faire ce jardin au collège m'a conforté dans mon idée et déjà donné quelques bases", sourit le jeune homme.