Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Au collège de Thénezay, ces élèves ne font pas leurs devoirs à la maison

vendredi 10 novembre 2017 à 6:08 Par Noémie Lair, France Bleu Poitou et France Bleu

Le collège Jean-de-la-Fontaine de Thénezay a mis en place le dispositif Devoirs faits. Un programme d'aide aux devoirs proposé gratuitement à tous les élèves volontaires depuis les vacances de la Toussaint. Lancé par le ministère de l'Education nationale, il doit permettre de réduire les inégalités.

Anne Bisagni-Faure, la rectrice d'académie, a rendu visite aux petits groupes d'élèves
Anne Bisagni-Faure, la rectrice d'académie, a rendu visite aux petits groupes d'élèves © Radio France - Noémie Lair

Thénezay, France

Depuis la fin des vacances de la Toussaint, tous les collèges doivent proposer une aide aux devoirs gratuites : le programme "Devoirs faits". Hier, la rectrice d'académie, Anne Bisagni-Faure s'est rendue au collège Jean-de-la-Fontaine de Thénezay pour rencontrer élèves, parents et enseignants qui participent à ce programme.

Des élèves volontaires

Les élèves sont répartis dans cinq classes différentes, en petit groupe et dans une ambiance plus détendue que lors des cours. Tous ces élèves sont volontaires. Isalys est en troisième et c'est elle qui a choisi de rejoindre ces cours du soir : "A la maison, mes parents ne m'aident pas beaucoup alors qu'ici, ils nous aident à réviser."

A côté d'elle, Manon, en quatrième : "Je n'aime pas travailler toute seule, avec ce programme, je ne suis jamais seule, c'est mieux qu'à la maison."

Un avantage pour les parents

Pour les parents, pas toujours évident d'aider les enfants à faire leurs devoirs. La maman de Ségolène, en troisième, par exemple, s'avoue un peu perdue : "J'ai une cinquantaine d'années et mon mari aussi alors on ne comprend pas toutes les nouvelles règles que nos enfants apprennent." Sa fille a quelques difficultés scolaires et c'est important pour elle que des gens l'aident à "prendre le bon chemin".

Les devoirs sont un poids dans la famille donc l'institution a mis un place un programme censé diminuer ce poids." - Claude Studer, principal du collège

Tous les parents n'ont pas les moyens d'aider les enfants mais pour beaucoup, c'est aussi un manque de temps rappelle Claude Studer, le principal du collège : "On a des parents qui ont un très bon niveau d'étude mais qui sont surchargés et c'est compréhensible aujourd'hui. Les devoirs sont un poids dans la famille donc l'institution a mis un place un programme censé diminuer ce poids."

A certains moments, les devoirs peuvent aussi être des facteurs de tensions au sein de la famille. Les faire en amont permet donc aux enfants de profiter pleinement de leurs parents, et inversement.

Ce programme doit donc contribuer à réduire les inégalités qui peuvent exister selon le niveau d’aide que les familles peuvent apporter à leurs enfants.

Il n'est pas nécessaire d'être présent dans l'établissement

Le collège vient de lancer un forum numérique qui permet aux élèves de bénéficier du programme "Devoirs faits", sans être présent dans l'établissement.

Le forum numérique expliqué par Claude Studer, le principal du collège

Avec ce programme, les parents sont sûrs que les devoirs sont bien faits, "tout le monde est serein", commentent plusieurs parents.

"Nous avons fixé notre objectif à 30 % d'élèves qui bénéficient de ce programme sur les 90 % d'établissements qui y participent", indique la rectrice d'académie, Anne Bisagni-Faure. Pour l'instant, ce taux est à 26 % et ne fait qu'augmenter.