Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Nouveau protocole sanitaire au lycée : "C'était ce que nous demandions", dit un syndicat du Finistère

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Le nouveau protocole sanitaire s'applique dès ce lundi dans les lycées. Jusqu'à 50% des cours peuvent être réalisés à distance. "C'était ce que nous demandions", se félicite le secrétaire départemental du Snes-FSU dans le Finistère.

Lycéen (illustration)
Lycéen (illustration) © Maxppp - Vanessa MEYER

À partir de ce lundi 9 novembre, les lycées ne vont plus faire le plein. Le nouveau protocole sanitaire dévoilé jeudi s'applique.  Il prévoit notamment que jusqu'à la moitié des cours peuvent être suivis à distance. 

"C'était ce que nous demandions, d'avoir des fonctionnements en demi-groupes mais sans recours au cumul 'présentiel-distanciel'", explique Yves Pasquet, secrétaire départemental du Snes-FSU dans le Finistère. "On adapte nos cours en donnant aux élèves des exercices et du travail pour la semaine suivante et ainsi de suite. On commence par des corrections et on poursuit le cours ce qui permet de fonctionner en alternance. Ça demande de l'autonomie aux élèves."

Pour les collèges aussi

Pour le responsable syndical, ce protocole sanitaire plus strict doit aussi s'appliquer aux collèges. Yves Pasquet souhaite la mise en place d'un nouveau mode de fonctionnement dans tous les établissements du secondaire, et pas seulement les lycées. "Il y a des classes autour de 30 élèves, parfois plus. Donc on demande des demi-groupes dans les collèges car le problème sanitaire s'y pose aussi pour les élèves et leurs familles."

Nous étions inquiets - Yves Pasquet 

Yves Pasquet enseigne au lycée Thépot de Quimper. "Nous étions inquiets, heureusement, le chef d'établissement a proposé de dédoubler les classes. Nous sommes satisfaits." 

Néanmoins, il ressent beaucoup d'inquiétude chez ses collègues face à l'épidémie de coronavirus. "Nous sommes confrontés à des échanges avec les élèves et il ne faut pas oublier qu'il faut ventiler et nettoyer les classes. Le personnel dont c'est le travail est sous tension et s'il y a des arrêts cela pourrait entraîner des difficultés. Il y a la question des rassemblements à la cantine également."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess