Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Au Mans, gros succès pour le salon d'études supérieures Studyrama

-
Par , France Bleu Maine

6 000 personnes étaient attendues toute la journée au Centre des expositions du Mans pour ce premier salon d'orientation de l'année.

De nombreux lycéens et leurs parents faisaient la queue ce samedi matin pour entrer au salon Studyrama
De nombreux lycéens et leurs parents faisaient la queue ce samedi matin pour entrer au salon Studyrama © Radio France - Manon Claverie

Le Mans, France

Difficile de circuler entre les stands bondés d'élèves, en première générale pour la plupart, et de leurs parents. Ils expérimentent cette année la réforme du bac et la fin des traditionnelles filières (S, ES et L). "J'ai choisi trois options : maths, physique et SVT, explique Léo. L'année prochaine je vais devoir en supprimer une, sur laquelle je serai évalué en fin de première. Je dois donc faire un choix avant la fin de l'année scolaire". 

Les élèves doivent maintenant choisir leur orientation dès la classe de seconde. Or, on sait bien qu'à cet âge-là peu de jeunes savent ce qu'ils veulent faire. 

Lui aussi face à ce choix stratégique, Alban interroge quelques allées plus loin un prof de physique-chimie en classe préparatoire scientifique, David, sur les critères de sélection de son établissement. Le formateur reconnaît que la question est complexe. "Les élèves doivent maintenant choisir leur orientation dès la classe de seconde. Or, on sait bien qu'à cet âge-là peu de jeunes savent ce qu'ils veulent faire. 

Les allées du salon Studyrama étaient bondées dès 10 heures du matin.  - Radio France
Les allées du salon Studyrama étaient bondées dès 10 heures du matin. © Radio France - Manon Claverie

"Cette réforme amène beaucoup de monde, confirme l'organisateur de Studyrama, Julien Charrier. D'habitude les élèves qui venaient étaient en terminale ou en première. Cette année, quelques centaines de jeunes de seconde viennent se renseigner". C'est le cas de Lily-Rose et Léona. "On est venues chercher quelles options se rapprochaient le plus de ce qu'on a envie de faire", expliquent-elles. L'une souhaite étudier les langues, l'autre voyager le plus possible. 

Parcoursup inquiète

Beaucoup de parents accompagnent leurs enfants. Le fils d'Isabelle n'est qu'en première, mais elle s'inquiète déjà de son inscription sur Parcoursup, la nouvelle plateforme post-bac. "J'avoue ne m'être pas encore penchée dessus, mais d'après tout ce qu'on entend ça a l'air très lourd". En mai dernier, des bugs avaient affolé plusieurs milliers de candidats laissés sans affectation. 

Un second salon, Formasarthe, aura lieu au Mans du 30 janvier au 1e février prochain, en pleine période d'inscriptions sur Parcoursup. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu