Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Un collectif d'enseignants de l'Allier se bat pour des mutations dans le Puy-de-Dôme

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Une soixantaine d'enseignant(e)s bourbonnais se sont mobilisés ce jeudi matin devant le rectorat pour dénoncer une situation figée au sein de l'Académie de Clermont. Une majorité des 180 demandes en souffrance concerne une mutation dans le Puy-de-Dôme.

180 enseignants de l'Allier ne demandent leur mutation au sein de l'Académie
180 enseignants de l'Allier ne demandent leur mutation au sein de l'Académie - © collectif mutation 03

Allier, France

La mutation est un droit ! Plusieurs dizaines d'enseignants, des femmes pour la plupart, du premier degré de l'Allier ont manifesté ce jeudi matin devant le Rectorat à Clermont-Ferrand. Une action menée à l'initiative du "Collectif Mutations 03" (non syndiqué), et soutenue ce  par les syndicats SE Unsa et SNUIPP-FSU (trois autres syndicats soutiennent le collectif). Ils se sont symboliquement enchaînés (maillons en papier) les uns aux autres pour rappeler que leur demande de mutation reste vaine depuis plusieurs années. Au-delà de 10 ans pour certains ! 

143 demandes de mutation dans le Puy-de-Dôme

A ce jour, 180 enseignants ont demandé à quitter l'Allier. La plupart pour rentrer dans leur département "de vie". Que ce soit pour raisons familiales ou pour convenances personnelles. Beaucoup souhaitent rester en Auvergne. 143 d'entre eux demandent une mutation dans le Puy-de-Dôme. Les autres aimeraient rejoindre le Cantal, la Haute-Loire ou carrément changer d'académie.

143 demandes concernent une mutation dans le Puy-de-Dôme - Aucun(e)
143 demandes concernent une mutation dans le Puy-de-Dôme - © collectif mutation 03

Coralie, 32 ans, vit à Saint-Bonnet-près-Riom (Puy-de-Dôme) et travaille à Yzeure (Allier) ! Il faut compter trois heures de trajet par jour avec deux voitures différentes. Une première pour se rendre à la gare de Riom et une autre pour aller de la gare de Moulins à l'école à Yzeure. Et ça fait plus de 6 ans que ça dure. Maman depuis 15 mois, c'est son compagnon qui gère leur bébé matin, midi et soir. Coralie témoigne de sa fatigue. 

Coralie demande sa mutation dans le Puy-de-Dôme depuis six ans

Élodie est également membre du "Collectif Mutations 03". Elle habite à Beaumont (Puy-de-Dôme) et elle enseigne à Moulins (4 jours) et à Yzeure avec deux classes de CM2 et une de CM1. C'est épuisant et nuisible à sa vie de famille. Maman divorcée, Elodie demande sa mutation depuis 4 ans. Mais au-delà de son cas personnel, son combat est collectif. Et des solutions existent.  

Ils sont 143 enseignants, comme Elodie, à vouloir quitter l'Allier pour le Puy-de-Dôme

Permutations puis Ineat Exeat

Il faut savoir que ces mutations se font sur deux phases. Une première qui s'appelle les "permutations informatisées qui se déroulent nationalement. Avec un barème émis par le ministère de l'Education Nationale. A l'issue de cette première phase, seuls sept enseignants de l'Allier ont obtenu leur mutation dans le Puy-de-Dôme. La seconde phase s'appelle les "Ineat Exeat". Ce sont les départements qui ont la main pour laisser partir ou non des enseignants ailleurs dans l'Académie. 

Il faut parfois compter jusqu'à trois heures de trajet quotidien pour les enseignants du collectif - Aucun(e)
Il faut parfois compter jusqu'à trois heures de trajet quotidien pour les enseignants du collectif - © collectif mutation 03

Au-delà de la dizaine dès la rentrée prochaine... - Rectorat

A l'issue d'une réunion avec une délégation syndicale, le Rectorat s'est donc engagé à muter un nombre d'enseignants qui ira "au-delà de la dizaine" dès la prochaine rentrée dans le Puy-de-Dôme. Un premier pas mais le collectif et les syndicats souhaiteraient que ce quota soit reprécisé et amplifié. Delphine Moulinot est la secrétaire départementale de S.E UNSA dans l'Allier. Elle faisait partie de la délégation syndicale.

Delphine Moulinot, secrétaire départementale SE UNSA dans l'Allier

Le rectorat a réagi dans un communiqué à l'issue de la réunion : La priorité ministérielle accordée au 1er degré se déploie non seulement par une création importante d'emplois à la rentrée 2019 et dans les prochaines années, par une attention soutenue en termes pédagogiques au service de la réussite des élèves, mais aussi par une amélioration des conditions de travail des enseignants. Les difficultés liées à la mobilité des enseignants de l'Allier sont suivies depuis plusieurs années par les services académiques, en concertation avec les organisations syndicales. Nous étudions attentivement une solution permettant à un nombre significatif d'enseignants de l’Allier, et en particulier à ceux qui ont déposé une demande depuis de nombreuses années, d’obtenir une mutation dans le Puy-de-Dôme. Une évolution sensible, dont les contours seront examinés lors de groupes de travail avec les organisations syndicales au mois de mai, sera effective dès la rentrée scolaire 2019". 

Choix de la station

France Bleu