Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Avec "Maths en jean", ces jeunes adorent les mathématiques

mercredi 13 juin 2018 à 7:39 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord

Ce mardi, les bancs d'un amphithéâtre de l'Université du littoral étaient pris d’assaut par des collégiens et des lycéens, à Dunkerque. Ils ont parlé mathématiques et se sont glissés dans la peau de chercheurs.

Collégiens et lycéens apprécient de sortir du cadre habituel des exercices de mathématique, pour se lancer dans une véritable expérience de recherche.
Collégiens et lycéens apprécient de sortir du cadre habituel des exercices de mathématique, pour se lancer dans une véritable expérience de recherche. © Radio France - Matthieu Darriet

Dunkerque, France

L’opération « Maths en jean » n’est pas nouvelle, elle a près de vingt ans. Mais elle a pris beaucoup d’ampleur dans la région, avec des collégiens et des élèves de seconde très demandeurs. Les « vases communicants », «éteindre la lumière, quand c’est possible » ou « essayer de dominer l’échiquier »... voilà quelques-unes des énigmes conçues par les chercheurs de l’Université du littoral (ULCO) qui coachent ces jeunes. 

Les outils de ces apprentis chercheurs en maths sont les nombres entiers, les graphes ou encore les damiers, avec un coup de pouce de l’informatique, ni nécessaire. Ces ados ne sont pas forcément des forts en maths, mais ils vont volontaires pour participer à des séances de travail en plus de leurs cours, durant toute l’année scolaire.

Tout sauf des cours de maths

Il faut dire que c’est tout, sauf des cours de maths ! Là il n‘est pas question de travailler des exercices quasi mécaniquement ; ces jeunes sont mis dans des situations de réflexion et d’imagination. C’est vraiment une démarche de recherche sur des thèmes, qui, pour certains, n’ont pas encore été purgés par de "vrais" chercheurs. Ce qui donne de bonnes surprises. C’est ce que raconte Bruno Massé, du laboratoire de Mathématiques, de l’Ulco, l’Université du littoral.

Parfois on est surpris par les résultats qu'ils obtiennent, nous ne les avions pas prévus. Et pour nous, ce qui est le plus inattendu, ce sont les méthodes qu'ils emploient. C'est ce qui distingue ce travail de recherche d'un travail d'exercice.

Chaque groupe d'élèves présente le fruit de son travail devant des chercheurs et les autres collégiens et lycéens.  - Radio France
Chaque groupe d'élèves présente le fruit de son travail devant des chercheurs et les autres collégiens et lycéens. © Radio France - Matthieu Darriet

Les enseignants, qui encadrent ces jeunes, remarquent un vrai plus en terme de confiance et d’estime de soi, à un âge où c’est souvent ça qui manquent à certains pour réussir. Les maths, c’est une matière qui effraie beaucoup de monde, mais avec « Maths en jean », ces jeunes prennent conscience de leur potentiel, simplement en se posant les bonnes questions, en groupe. Ils apprécient vraiment de sortir ainsi du cadre :

On n'a pas l'habitude de nous laisser faire par nous-même, de trouver des choses. Habituellement, on nous donne les choses et on doit les appliquer. Alors que là, c'est l'inverse ! 

A côtoyer des chercheurs tout au long de l’année, ces élèves volontaires, ouvrent leurs horizons, à l’heure où les premières questions d’orientation se posent. Ils découvrent un métier, où l’on débat, où l’on critique et où on échange des points de vue. Et ils en redemandent. Car en plus du grand congrès annuel de Maths en jean, qui a eu lieu au printemps à Calais, ces rencontres d’hier, à Dunkerque étaient un bonus, une sorte d’after, pour pousser encore un peu plus leur réflexion sur leurs énigmes mathématiques.