Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Avenir lycéen : Jean-Marc Huart, le recteur de l'Académie Nancy-Metz dans la tourmente

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine

L'affaire autour du syndicat lycéen "Avenir Lycéen" éclabousse Jean-Michel Blanquer et son ancien numéro 2, Jean-Marc Huart, l'actuel recteur de l'Académie Nancy-Metz.

Jean-Marc Huart et Jean-Michel Blanquer en juin 2019
Jean-Marc Huart et Jean-Michel Blanquer en juin 2019 © Maxppp - Vincent Isore

Un syndicat lycéen a-t-il téléguidé par le ministère de l'Education pour soutenir les réformes du gouvernement ? Des subventions publiques ont-elles été dilapidées par ce même syndicat ? Les révélations de Médiapart et de Libération éclaboussent le Ministre de l'Education Nationale Jean-Michel Blanquer, mais aussi le recteur de l'Académie Nancy-Metz, Jean-Marc Huart, numéro 2 du ministère à l'époque de la création du syndicat Avenir lycéen. 

En Lorraine, des réactions contrastées 

Hugo Sieye, adhérent au MNL, mouvement national lycéen, en Meurthe-et-Moselle, dénonce un mélange des genres qui ne passe pas. Selon lui, la Rue de Grenelle a cherché à manipuler les lycéens. 

"Ce n'est pas acceptable qu'un recteur ait manipulé des lycéens pour le compte du gouvernement", plaide-t-il, "on demande la démission de Jean-Marc Huart". La direction nationale du MNL demande également la démission de Jean-Michel Blanquer. 

De son côté Bruno Henry, secrétaire du syndicat enseignant SNES, en Moselle, est plus mesuré. "Il ne faut pas aller trop vite", explique-t-il, "il faut qu'il y ait une enquête administrative et indépendante pour faire la lumière quant aux implications de chacun dans cette histoire. Mais quoiqu'il en soit, s'il y a un responsable politique, c'est le ministre"

Pour lui, il faut faire la distinction entre les actions de Jean-Marc Huart en tant que numéro 2 du ministère et son poste actuel de recteur : "Depuis qu'il est recteur, Jean-Marc Huart a toujours montré son attachement au dialogue social". "Nous avons des désaccords, mais jamais le dialogue n'a été rompu", assure le syndicaliste. 

Contacté, Jean-Marc Huart ne souhaite pas s'exprimer. Il affirme tout de même avoir été en relation avec toutes les associations lycéennes, et pas uniquement Avenir lycéen, quand il occupait encore ses fonctions Rue de Grenelle. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess