Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"Ayez pitié de nous", le cri du cœur d'une étudiante lorraine dans une copie émeut les réseaux sociaux

C'est un exemple de plus du mal-être des étudiants : un professeur de l'université de Lorraine a publié récemment sur Twitter le message qu'une étudiante avait laissé dans une copie. Le Tweet a été partagé des milliers de fois.

Le message trouvé récemment dans la copie d'une étudiante de l'université de Lorraine a ému l'un des professeur.
Le message trouvé récemment dans la copie d'une étudiante de l'université de Lorraine a ému l'un des professeur. - Twitter

"Ayez pitié de nous, nous n'en pouvons plus"... Voilà le message trouvé récemment dans la copie d'une étudiante de l'université de Lorraine. Le professeur qui l'a trouvé a publié le message sur Twitter ce lundi 24 mai. Depuis, il a déjà été partagé plus de 6.000 fois.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"J'avais corrigé la moitié des 200 copies et je commençais à me dire que le niveau et les notes n'étaient pas à la hauteur de ce qu'elles auraient dû être, pas à la hauteur de celles de l'an dernier" raconte Pascal Tisserant, le professeur de psychologie sociale à l’université de Lorraine qui a trouvé ce message. "Puis je suis tombé sur ce passage-là, et ça a été comme une explication de cette difficulté qu'avaient les étudiants et que je retrouvais dans les copies". Il a donc diffusé ce message sur Twitter, et il a depuis été partagé des milliers de fois.

Le retour en terrasses nous a fait croire qu'on revenait à une situation normale

Selon une enquête réalisée par les services de l’Université de Lorraine, 20 % des étudiants sont angoissés, vivent mal le distanciel, et ont peur du décrochage. Si les étudiants sont revenus peu à peu en présentiel, ils ne sont que 30% à être autorisés à assister aux cours en présentiel.

"Ce témoignage et ces nombreuses copies blanches m'ont interpellées", raconte Pascal Tisserant

"Le retour en terrasses nous a fait croire qu'on revenait à une situation à peu près normale, mais ce témoignage et ces nombreuses copies blanches m'ont interpellées et m'ont fait comprendre que l'on n'était pas revenu à une situation normale", raconte Pascal Tisserant, par ailleurs vice-président à l’égalité et la diversité à l'université de Lorraine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess