Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Les épreuves du contrôle continu du bac pourraient être perturbées dans les Alpes-Maritimes

-
Par , France Bleu Azur

Les épreuves de contrôle continu du baccalauréat, qui commencent cette semaine dans les Alpes-Maritimes, pourraient être perturbée par les syndicats d'enseignants. Ces derniers contestent toujours la réforme du bac et comptent se faire entendre ces prochains jours.

Des élèves niçois passant le bac, session 2019.
Des élèves niçois passant le bac, session 2019. © Radio France - Frantz Bouton

Les élèves de première s'apprêtent à vivre un mois difficile. Ils doivent en effet passer dans leur établissement et avec leur professeur des épreuves en histoire-géographie, langues et mathématiques pour les filières technologiques. Ces devoirs sur table comptent pour le contrôle continu du bac. Un contrôle continu comptant lui même pour 30% de la note finale. 

Mais les lycéens risquent de se heurter à autre chose qu'à l'angoisse de la feuille blanche. Des professeurs, à l'instar des syndicats d'enseignants, veulent perturber les épreuves. Pour eux, ces rendez-vous disparates sont le parfait exemple d'une réforme mal faite. 

"Rendez vous compte, chaque établissement à son calendrier, sa manière de faire, explique Fabrice Giovanazzi, professeur d'histoire-géographie et syndiqué au SNES-FSU. Il n'y a aucune harmonisation. Les sujets sont choisis par le professeur lui-même et les copies seront corrigées dans le même lycée ! Autant le dire tout de suite, poursuit l'enseignant, ce n'est plus un bac national mais un diplôme local".

Stress chez les élèves et les profs

Et ce n'est pas la seule crainte exprimée par les professeurs. Le niveau des notes est aussi un souci. Il pourrait être très divers en fonction des territoires, des lycées et ainsi avantager ou pénaliser les élèves pour leur résultat final, mais aussi pour leur futur post-bac. 

Autre grief avancé, le stress que subissent l'élève et le professeur par cette évaluation continue. L'année est assez lourde, expliquent les syndicats, sans en rajouter.

Bloquer les épreuves ou mettre 20 à tout le monde ?

Alors les professeurs, vent debout contre la réforme, veulent se faire entendre. Ils vont donc organiser de nombreuses actions jusqu'à la fin du mois de février. Parfois, ils souhaitent bloquer les épreuves, ne pas choisir de sujet dans la grande pioche nationale, ne pas surveiller les devoirs ou mettre 20 à toutes les copies corrigées. 

Les opposants à ce nouveau bac ne manquent pas d'idée pour contester ce qu'il appellent une réforme inégalitaire et appliquée sans concertation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu