Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Bac 2019 : "On ne peut pas prendre nos enfants et leurs familles en otage" estime Emmanuel Macron

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Interrogé par nos confrères de franceinfo ce dimanche, Emmanuel Macron a soutenu les décisions prises par son ministre de l'Éducation concernant le bac 2019 et la grève de certains enseignants. Selon le président, Jean-Michel Blanquer "a eu la bonne réaction".

Jean-Michel Blanquer et Emmanuel Macron
Jean-Michel Blanquer et Emmanuel Macron © Maxppp - Ludovic Martin

"Je respecte la liberté d'opinion, la liberté syndicale, mais à la fin des fins, on ne peut pas prendre nos enfants et leurs familles en otage" : voici le message d'Emmanuel Macron aux enseignants en grève, qui protestent contre la réforme du lycée et du bac. Le chef de l'État était interrogé ce dimanche par nos confrères de franceinfo. 

Emmanuel Macron a affiché son soutien à Jean-Michel Blanquer. Certains enseignants ayant refusé de rendre les copies du bac, le ministre de l'Éducation a décidé de faire attribuer aux élèves concernés, de manière provisoire, leurs notes de contrôle continu. "Je pense que le ministre a eu la bonne réaction", a réagi le président. 

"Quand on est enseignant on a des droits mais aussi des devoirs." - Emmanuel Macron

"Il peut y avoir des désaccords, évidemment le droit de grève, de manifestation seront préservés, j'y tiens beaucoup, je le dis avec beaucoup de respect pour ceux qui expriment ces désaccords. Mais en aucun cas ces désaccords ne peuvent se faire en prenant en otage nos jeunes, dans un moment qui est toujours un moment d'angoisse et extrêmement important pour leurs familles", a-t-il répété.

Et Emmanuel Macron a voulu rassurer les élèves, "une petite minorité" selon lui, qui n'ont toujours pas leurs notes définitives, "les choses sont sous contrôle du ministre".

Le chef de l'État a tout de même voulu rendre hommage aux enseignants, "99% de celles et ceux qui font chaque jour l'Education nationale ont ce sens du devoir", et il a promis de se pencher sur le niveau de leur rémunération.