Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bac pro : le SOS d'un lycéen en détresse à Emmanuel Macron

Dans une vidéo, Melvin Percebois, élève en terminale bac pro à Gisors s'adresse à Emmanuel Macron et à Jean-Michel Blanquer. Le lycéen demande au chef de l’État et à son ministre de l’Éducation les mêmes conditions de contrôle continu pour passer le bac que la filière générale.

Capture d'écran de la vidéo de Melvin Percebois à Emmanuel Macron sur Facebook
Capture d'écran de la vidéo de Melvin Percebois à Emmanuel Macron sur Facebook - .

Ce n'est pas une lettre que Melvin Percebois, élève au lycée Louise Michel de Gisors (Eure), écrit à Emmanuel Macron mais un message vidéo ayant "pour but de tirer la sonnette d’alarme quant à notre situation face à la crise sanitaire". L’élève de 18 ans interpelle le chef de l’État et son ministre "pour régler l'inégalité entre le bac pro et le bac général, car le bac général a obtenu pour la plupart des épreuves le contrôle continu alors que le bac pro, il n'y a encore rien de décidé". 

Une situation que dénonce le lycéen en bac pro Transports dans cette vidéo de 2 minutes 26 : "Aujourd'hui on nous demande de nous préparer au bac pro avec épreuves classiques en fin d'année, et dans un même temps de travailler au cas où nous passerions en contrôle continu. Ce sont deux méthodes de travail bien différentes qu'il est difficile de cumuler, surtout lorsque l'on est seul à la maison".

Actuellement nous nous sentons délaissés et démunis - Melvin Percebois

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le lycéen estime que le contrôle continu est tout à fait possible d'autant que l'épreuve pratique du bac pro Transports est une épreuve sur papier : "On a eu une année assez longue donc on a pu cumuler des notes dans les matières professionnelles" explique-t-il. 

Inquiétudes sur les conditions sanitaires

Le lycéen reconnaît que la situation n'est pas simple à gérer pour le gouvernement mais "ça veut dire qu'on va tous se retrouver dans une salle pour des épreuves écrites sur papier et des épreuves orales" et le lycéen de s'interroger : "Les distanciations seront-elles possibles alors qu'on ne respecte déjà pas les règles du 3 jours / 2 jours qui ont été mises en place dans le lycée ? On se retrouve parfois à trente dans la classe".  

Ça nous tue, on meurt de stress. Les épreuves approchent, on ne sait pas vers quoi on va - Melvin Percebois 

À situation exceptionnelle, conditions exceptionnelles : "On n'est pas dans une année normale" rappelle Melvin Percebois qui aimerait, comme la filière générale et comme la filière professionnelle pour l'édition 2020 du baccalauréat, bénéficier d'aménagements. 

Melvin Percebois veut que la filière pro puisse passer le bac en contrôle continu

Aucune réponse pour l'instant

La vidéo a été visionnée plus de 22.000 fois sur les réseaux sociaux et si ni Emmanuel Macron ni Jean-Michel Blanquer n'ont réagi, elle a provoqué quelques remarques au sein de l'établissement : "Nos professeurs sont choqués et aussi déçus, on ne parle jamais d'eux, on ne valorise pas leur bac. Même les CAP sont complètement délaissés". La vidéo aurait même provoqué quelques remous au sein du lycée Louise Michel : "J'ai eu quelques remarques de la part d'une conseillère principale d'éducation qui m'a dit que la vidéo tourne un peu trop à (s)on goût. On est en train de se faire taper dessus par les plus hauts, on nous demande de rendre des comptes" rapporte Melvin Percebois. C'est l'objectif de cette vidéo "que les choses bougent" explique le lycéen qui n'exclut pas une action dans son lycée de Gisors à la rentrée début mai si aucune "décision équitable et juste" n'est trouvée. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess