Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Bac : quelques conseils de dernière minute avant l'épreuve de philo

dimanche 17 juin 2018 à 18:05 Par Camille André, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Environ 10 000 jeunes des Pays de Savoie passent le bac général ou technologique ce lundi 18 juin. A quelques heures du début de l'épreuve de philosophie, Irène Bachler, professeur au lycée Vaugelas de Chambéry livre ses derniers conseils.

Des élèves pendant l'épreuve de philo en 2017. (image d'illustration)
Des élèves pendant l'épreuve de philo en 2017. (image d'illustration) © Maxppp - Alexandre Marchi

Chambéry, France

Cette fois impossible de reculer, le bac commence ce lundi matin. Environ 10 000 jeunes savoyards et haut-savoyards passent l'épreuve de philosophie dès 8 heures. Dans nos deux départements, les plus jeunes candidats ont 14 ans. Le plus âgé en a 64. Ils vont tous devoir se confronter à Kant, Descartes et Hume. 

Afin de dédramatiser cette épreuve tant redoutée, Irène Bachler, professeur de philosophie au lycée Vaugelas de Chambéry a accepté de donner quelques conseils de dernière minute

Les sujets ne vous inspirent pas ? Pas de panique!

"Ce n'est pas très grave de ne pas être inspiré lorsqu'on découvre les sujets, estime Irène Bachler, l'inspiration est un moment d'émotion et d'exaltation, mais si le travail a été correctement fait pendant l'année, l'élève est capable de faire un bon travail scolaire avec les notions, les auteurs et une pensée personnelle". A l'inverse un sujet peut sembler exaltant, mais mettre l'élève en difficulté.

Si l'élève tombe sur un thème qu'il n'a pas approfondi au cours de l'année, où sur lequel il a fait l'impasse pendant ses révisions, rien n'est perdu : il y a toujours deux autres sujets au choix

La méthode pour éviter le hors-sujet en dissertation

"Il faut se pencher calmement sur son sujet et décortiquer l'intitulé". Imaginons que le sujet porte sur les rapports qu'entretiennent le désir et le bonheur, il faudra s'attacher à définir ce que sont le désir et le bonheur. "On pourra se demander en quoi désirer est différent de l'expérience du besoin, de l'envie, de la pulsion. On va s'intéresser au bonheur, se demander à quoi il s'oppose, s'avoir s'il ne dure qu'un court instant, ou si au contraire il est censé durer". 

Il faudra ensuite développer une réflexion en reprenant souvent les termes du sujet. Il s'agit de montrer que la question est complexe, et de tenter de produire une conclusion convaincante.  "Il faut dire pourquoi l'on dit ce que l'on dit", rappelle Irène Bachler. 

Gérer son stress le jour J

"Je crois vraiment aux bénéfices des exercices de respiration", indique Irène Bachler. L'élève pourra prendre quelques secondes pour respirer profondément au moment de découvrir les sujets. "Il devra ancrer ses pieds dans le sol, puis lentement entrer dans le sujet. L'élève doit aussi se rassurer en pensant à tout son apprentissage au cours de l'année". 

Le jour du bac l'élève ne doit pas révolutionner sa méthode. Mieux vaut appliquer le même cheminement que lors d'un bac blanc réussi, par exemple.

Afin de ne pas céder au stress, mieux vaut aussi éviter de se comparer aux autres, notamment aux élèves qui noircissent très rapidement leurs copies. Ces derniers peuvent donner l'impression de maîtriser l'épreuve mieux que leur camarades, mais "C'est une illusion dont il faut se prémunir, explique Irène Bachler, les gens qui écrivent tout de suite, moi je trouve ça plutôt effrayant et pas forcément bon signe".

Faut-il rester jusqu'à la fin du temps imparti? 

Il n'y a pas de règle absolue. "Il me semble que rester deux heures, c'est vraiment trop peu pour développer des arguments, indique Irène Bachler, mais on peut faire un bon devoir en trois heures. Certains élèves savent faire un travail synthétique et percutant". 

Quand on est parent, comment aider son enfant?

"Pour commencer, il ne faut pas ajouter de pression, explique la professeur de philosophie, je pense qu'un accompagnement aimant et distant est la meilleure solution. Il n'est pas nécessaire de lui demander de réciter une dernière fois ses citations ou de lui demander sans cesse s'il maîtrise toutes les notions"

En revanche les parents peuvent s'assurer que les élèves ne poussent pas leurs révisions jusqu'à minuit. Ils doivent aussi vérifier qu'ils prennent un bon petit déjeuner avant chaque épreuve. Les parents peuvent également glisser une bouteille d'eau et des barres de céréales dans le sac de leur futur bachelier. Et s'assurer que ce dernier a pensé à sa carte d'identité et sa convocation