Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Bac, sport et boulot : les journées de dingue d’une lycéenne de Metz

mercredi 6 juin 2018 à 12:19 - Mis à jour le samedi 7 juillet 2018 à 9:19 Par François Pelleray, France Bleu Lorraine Nord

Camélia a connu cette année des journées interminables pour mener de front ses trois objectifs. Obtenir le Bac L, mais aussi réussir son option sport étude athlétisme et gagner de l’argent pour l’année prochaine. Pari gagné pour cette lycéenne de Metz qui a survécu à des journées de 20 heures !

Camélia Haouassa, objectif Bac L !
Camélia Haouassa, objectif Bac L ! © Radio France - François Pelleray

Metz, France

Les candidats au bac commenceront à savoir à partir du 18 juin si leur préparation a été efficace, ce sera le jour de la première épreuve commune, la redoutable philosophie.

A Metz, Camélia Haouassa a décidé de mener de front plusieurs objectifs, sans se ménager. Cette élève en terminale littéraire au lycée Robert Schuman veut bien entendu obtenir son bac L, mais aussi obtenir des points avec son option sport étude athlétisme et pour couronner le tout elle travaille très tôt le matin pour financer ses études à venir. Un rythme effréné qui l’a met à rude épreuve. 

Jusqu’à la mi-mai (après la jeune fille de 19 ans a levé le pied dans la dernière ligne droite) _"_je me levais à 4 heures, voire 3h30. Ça pique, mais une fois qu’on est debout, ça va. Au lycée, j’ai parfois cours de 8 heures à 18 heures, ou alors j’ai entrainement d’athlétisme (sprint et triple saut) de 16 heures à 18 heures. Je me suis déjà endormie en cours de philosophie et d’arts plastiques. Avec les devoirs et leçons le soir, je peux me coucher à une heure. Mais à force, je ne résistais plus, je m’endormais sur mes révisions et je perdais du temps". 

Au travail à 5h30 avant la journée de cours

Ce rythme laisse peu de place au sommeil. D’autant que si Camélia se levait si tôt, c’était pour travailler comme agent d’entretien très tôt le matin à France Bleu Lorraine. "Je veux gagner de l’argent dès maintenant pour acquérir de l’indépendance, et financer mes études plus tard. Je suis en attente sur le site Parcoursup pour une place en _BTS commerce international_. Sinon je suis acceptée à l’université en Langues étrangères appliquées". 

Mes amis m’ont souvent dit d’arrêter ce rythme de dingue. Une professeure m’a prévenu que c’était au détriment de mes études, que j’allais morfler, en baver.

Camélia a écouté ses proches, environ un mois avant le début des épreuves du bac, elle a arrêté son travail matinal, et elle a levé le pied sur le sport intensif. Elle est courageuse, mais lucide, sa priorité reste l’obtention du bac

RÉSULTAT : pari gagné pour Camélia, elle a décroché le bac littéraire, bravo !