Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Baccalauréat : en Côte-d'Or, des profs prévoient de faire la grève de la surveillance

-
Par , France Bleu Bourgogne

Suite à l'appel à la grève lancé par 11 syndicats d'enseignants, des profs côte-d'oriens prévoient de ne pas aller surveiller le bac lundi prochain pour protester contre la réforme du lycée et demander une revalorisation des salaires.

© Maxppp - Dominique Gutekunst

Côte-d'Or, France

Les épreuves du baccalauréat vont-elles pouvoir commencer dans des conditions normales lundi prochain en Côte-d'Or ? Du côté enseignant, 11 syndicats appellent à la grève, et certains profs ont d'ores et déjà prévu de ne pas se rendre à la convocation qui leur a été envoyée pour surveiller l'épreuve de philo. 

Difficile pour autant de savoir si la journée sera très perturbée dans le département. Les syndicats ne veulent pas avancer de chiffres, pour créer un effet de surprise et faire pression sur le ministère. Sandrine Bernard, co-secrétaire du SNUEP-FSU en Côte-d'Or sait déjà qu'elle n'ira pas surveiller les épreuves : "si on en arrive là, c'est que vraiment on n'a pas pu se faire entendre autrement", déplore t-elle. 

Du côté de l'Académie, on promet que "tout sera mis en place pour que les épreuves aient lieu dans des conditions sereines." Il y a notamment des surveillants supplémentaires qui sont convoqués comme chaque année.

Mais les syndicats entendent bien obtenir l'ouverture de négociations avec le ministre de l'éducation nationale : _"la balle est dans son camp, si vraiment il ne veut pas bouger, et bien p_eut-être qu'on ira pas corriger, et là il ne pourra pas mettre des contractuels ou n'importe quel agent public pour corriger à notre place", s'agace Sandrine Bernard. 

Les profs qui se mettent en grève pour cette première épreuve du bac veulent à la fois protester contre la réforme du lycée et réclamer de meilleures conditions de travail.