Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Bergerac : l'école de la deuxième chance dans la tourmente

-
Par , France Bleu Périgord

Faute de trésorerie, cette école crée à Bergerac en 2015 pour aider les "décrocheurs" du système scolaire, pourrait fermer ses portes dans les semaines qui viennent.

L'école de la 2ème chance à Bergerac
L'école de la 2ème chance à Bergerac - Google Maps

La belle aventure de l'école de la deuxième chance à Bergerac est-elle sur le point de se terminer ? Ce mercredi 15 janvier, à Bergerac, le conseil d'administration de cette école ouverte aux jeunes en difficulté scolaire, des jeunes en décrochage scolaire, a demandé la réunion d 'une assemblée générale extraordinaire qui doit se tenir dans 15 jours. 

La situation financière de l'école est à l'origine d'un droit d'alerte du commissaire aux comptes. Le déficit est qualifié de "très conséquent" dans un communiqué de la préfecture de plusieurs dizaines de milliers d'euros. Pour la sous-préfète de Bergerac Stéphanie Monteuil, le véritable enjeu reste le paiement des salaires des huit employés pour les mois à venir puisque la trésorerie de l'association  est à zéro.

Stéphanie Monteuil, sous préfète de Bergerac

Une gestion qui n'aurait pas suivi le développement de l'établissement

Le déficit s'explique sans doute par le développement de cette école crée en 2015 sur une impulsion de maire de Bergerac Daniel Garrigue et de son épouse. Aujourd'hui, ce sont pas moins de 80 jeunes entre 16 et 25 ans et peu ou pas qualifiés qui y sont pris en charge chaque année pour se remettre à niveau et tenter de se réinsérer. Six jeunes sur dix ont trouvé une porte de sortie après y être passé. Ce n'est donc pas la qualité de l'accompagnement prodigué par les formateurs qui est critiquée, mais plutôt la gestion administrative. 

L'état, la région et l'Europe sont les trois plus gros partenaires financiers de cette école. Pour qu'ils abondent leurs dotations, il faut respecter un certain nombre de critères. L’Europe, sourcilleuse, n'aurait pas trouvé les justificatifs correspondant aux montants demandés. Elle a donc réduit la voilure. Le directeur de l'école, Patrice Noirant, n'est pas d'accord avec cette explication. Pour lui, cette situation correspond d'abord à un écart entre les objectifs affichés et ceux réalisés. Mais il reconnait tout de même un traitement des dossiers un peu long faute de personnel suffisant à l'époque.

L'école de deuxième chance menacée de fermeture

Quoiqu'il en soit, la situation reste très tendue. Rhizlane Robin, la présidente de l'association n'exclut pas que l'histoire s'arrête lors de l'assemblée générale extraordinaire dans deux semaines. "C'est sur que oui, on peut l'envisager. On veut bien continuer nos missions mais encore faut-il nous donner les moyens de le faire. Aujourd'hui personnellement je considère que ce n'est pas le cas." 

L'assemblée générale extraordinaire qui doit se tenir dans deux semaines permettra de savoir si cette école de la deuxième chance peut  continuer. Sinon, les jeunes en difficulté seront orientés vers d'autres structures, et les salariés devraient être accompagnés par les collectivités.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu