Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Besançon : 80 profs de toute l'académie devant le rectorat pour dénoncer une nouvelle fois la réforme Blanquer

Une petite centaine d'enseignants venus de toute l'académie de Besançon a déposé ce lundi matin les notes du Bac devant le rectorat au lieu de les saisir sur informatique, pour protester une nouvelle fois contre la réforme Blanquer.

80 profs devant le rectorat de Besançon dénoncent une nouvelle fois la réforme Blanquer
80 profs devant le rectorat de Besançon dénoncent une nouvelle fois la réforme Blanquer © Radio France - Anne Fauvarque

A Besançon, 80 professeurs venus de toute l'académie (Belfort,Montbéliard, Lure, Salins-les-Bains notamment) ont rendu leurs bordereaux avec les notes du baccalauréat, au rectorat, ce lundi matin, à défaut de les saisir numériquement, pour protester une nouvelle fois contre la réforme Blanquer. 

80 enseignants rendent leurs bordereaux, mais ne rentreront pas leurs notes du bac numériquement - Radio France
80 enseignants rendent leurs bordereaux, mais ne rentreront pas leurs notes du bac numériquement © Radio France - Anne Fauvarque
"La réforme se fait sans nous et contre nous!" - Radio France
"La réforme se fait sans nous et contre nous!" © Radio France - Anne Fauvarque

Une réforme brutale et méprisante

"La réforme se fait sans nous et contre nous!" clament-ils, avec un seul mot d'ordre selon eux : "Débrouillez-vous !". Pour Paul Benchetrit, prof de philo au lycée Pergaud de Besançon, c'est une réforme brutale et méprisante. "Nous nous voulons rétablir un dialogue avec notre ministère, explique l'enseignant. Cette réforme ne peut pas se faire sans nous et contre nous. Donc il est impératif que nous soyons consultés sur les réformes à venir". 

"Il est impératif que nous soyons consultés sur les réformes à venir", Paul Benchétrit, prof de philo - Radio France
"Il est impératif que nous soyons consultés sur les réformes à venir", Paul Benchétrit, prof de philo © Radio France - Anne Fauvarque

On va dégrader la qualité d'accueil des élèves au lycée", Paul Benchetrit, prof de philo

"Cette réforme ne peut pas être imposée de la sorte, d'une manière aussi brutale, précise Paul Benchétrit. C'est une réforme qui se fait au nom de l'intérêt des élèves  mais en fait c'est un prétexte pour détruire un bac national, pour réduire l'offre, ajoute-t-il . On dit que les élèves vont choisir mais en fait, ils auront un choix très contraint. On va détruire des postes encore. On va dégrader la qualité d'accueil des élèves au lycée" déplore l'enseignant de philo.

Les enseignants dénoncent un nombre d'élèves par classe toujours plus important - Radio France
Les enseignants dénoncent un nombre d'élèves par classe toujours plus important © Radio France - Anne Fauvarque

Les enseignants dénoncent les injustices entraînées par la réforme Blanquer : inégalités entre les établissements scolaires, entre les territoires et entre les élèves. Mais aussi les attaques répétées contre la fonction publique. 

Les enseignants dénoncent les injustices entraînées par la réforme Blanquer - Radio France
Les enseignants dénoncent les injustices entraînées par la réforme Blanquer © Radio France - Anne Fauvarque

"Ce qui est en jeu aujourd'hui, expliquent-ils dans un communiqué, ce n'est pas seulement une réforme parmi tant d'autres, c'est une destruction des services publiques qui constituent le patrimoine des citoyens : les transports, l'énergie, l'hôpital, les communications, la justice, l'audiovisuel public, c'est toute la fonction publique que l'on veut détruire et c'est le citoyen que l'on cherche à déposséder de ses biens".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu