Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

"Bien sûr que non, la masturbation n'est pas enseignée en maternelle"

jeudi 13 septembre 2018 à 10:32 Par Thomas Schonheere, France Bleu Vaucluse

Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, va envoyer aux recteurs une circulaire pour rappeler ce que dit la loi en matière d'éducation sexuelle à l'école. Maud Fontanel, conseillère au planning familial dans le Vaucluse était sur France Bleu ce jeudi matin.

Ecole à Avignon
Ecole à Avignon © Radio France - Aurélie Lagain

Vaucluse, France

C'est une rumeur qui a circulé tout l'été sur les réseaux sociaux : on enseignerait la masturbation aux élèves de maternelle en cours d'éducation sexuelle... C'est absolument faux. "Bien sûr que non, c'est juste une histoire de bon sens, a réagi ce vendredi matin Maud Fontanel, conseillère au planning familial, sur France Bleu Vaucluse. C'est juste une intox des gens qui sont contre cette éducation à la vie affective et sexuelle, qui ne concerne déjà que les écoles primaires."

La loi date de 2001

Le gouvernement prend très au sérieux la diffusion de ces fausses informations. Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, va adresser ce jeudi aux recteurs, une circulaire sur ce que prévoit la loi en matière d'éducation sexuelle à l'école. "Cette loi existe depuis 2001 et dit que les enfants à l'école, aux collèges et aux lycées doivent avoir un enseignement autour de la vie affective et sexuelle trois fois par an", explique Maud Fontanel. Une loi qui est finalement très peu appliquée.

"Les animatrices et les animateurs qui interviennent dans les écoles sont des gens formés, expliquent Maud Fontanel. L'objectif c'est de répondre aux questions des élèves. Au collège et au lycée, cela va tourner autour de la puberté, de la contraception, des infections sexuellement transmissibles. A l'école, si un enfant nous demande comment on fait les bébés, on va lui expliquer mais avec un vocabulaire adapté."

Le gouvernement souhaite également approfondir la notion de consentement. "Instruire les enfants, c'est ce qu'il y a de plus important, poursuit Maud Fontanel. Ça va leur permettre d'avoir une approche positive, respectueuse, d'éviter les discriminations et les violences. Ceux qui sont contre cette éducation ont insisté sur la masturbation pour montrer que c'est honteux et que c'est sale, mais ce n'est ni honteux ni sale."