Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Bientôt des caméras à reconnaissance faciale dans un lycée professionnel de Marseille

mercredi 6 février 2019 à 17:22 Par David Aussillou, France Bleu Provence et France Bleu

Le conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur va expérimenter dans quelques semaines au lycée Ampère à Marseille des caméras capables de reconnaître les visages des élèves et du personnel. Une première en France.

Des caméras surveillent aussi les accès moins fréquentés de l'école.
Des caméras surveillent aussi les accès moins fréquentés de l'école. © Radio France - Camille André

Marseille, France

Au lycée professionnel Ampère à Marseille, le carnet de correspondance ne sera bientôt plus l'unique sésame pour entrer. D'ici les vacances de printemps, des caméras à reconnaissance faciale vont être installées aux accès de l'établissement.Elles permettront d'identifier le visage des élèves et d'éviter les intrusions d'éléments extérieurs. Le principe est le suivant : le lycéen utilise un badge ou un pictogramme numérique sur son téléphone pour demander l'autorisation d'entrer. La caméra compare alors son visage avec celui du profil enregistré. Si cela ne correspond pas, une alerte sonne et le surveillant intervient. 

Sur la base du volontariat seulement

Le conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur veut expérimenter ce système avant une possible généralisation. "Mais rien n'est obligatoire, prévient Renaud Muselier, président de la région PACA. Seuls les élèves qui le veulent seront identifiés par la caméra. Les autres utiliseront leur carnet de correspondance". 

Autre précaution : seuls ces élèves volontaires auront accès à leurs données sur le serveur informatique de l'entreprise américaine Cisco qui développe ce système. La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) est associée à cette expérimentation.