Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Toulouse : les premiers travaux de remise en état de l'université Jean-Jaurès ont coûté près de 800 000 euros

mercredi 29 août 2018 à 16:06 Par Marius Delaunay, France Bleu Occitanie

Le coût des travaux effectués pour remettre en état une partie des bâtiments de l'université avoisine les 800 000 euros. C'est le double de ce qui avait été annoncé au printemps, une fois le blocage terminé.

L' entrée de l'université Jean-Jaurès à Toulouse.
L' entrée de l'université Jean-Jaurès à Toulouse. © Radio France -

Toulouse, France

Les travaux ont duré tout l'été et vont continuer encore quelques mois. Une quinzaine d'entreprises sont mobilisés, pour un coût total de 800.000 euros. C'est le double de ce qui avait été annoncé au printemps, une fois le blocage universitaire terminé. La grosse partie des travaux ont été menés sur l'Arche et l'Accueil, les deux bâtiments les plus touchés par l'occupation. L'Accueil doit rouvrir en septembre et l'Arche début octobre, avant la rentrée étudiante, le 8 octobre prochain.

La moitié du budget des travaux consacré à l'Arche

La moitié des 800.000 euros de travaux ont été investis pour l'Arche, le bâtiment le plus dégradé pendant l'occupation universitaire. 150.000 euros ont été consacrés à l'Accueil et plus de 50.000 euros pour des tables et des chaises cassés qui ont pu servir de barricades aux bloqueurs. Déblaiement des déchets, nettoyage des sols, coup de peinture sur les murs pour enlever les tags et les graffitis ont été nécessaires pour remettre en état les bâtiments. L'Etat a attribué une aide d'1,1 million d'euros à l'université pour l'ensemble de ces travaux.

Le campus avait été occupé pendant plus de deux mois avant d'être évacué début mai par les forces de l'ordre.  Et les travaux ne sont pas encore terminés. Une partie va suivre dans les mois à venir sur d'autres bâtiments de l'université.