Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Blocage dans les facs : à Grenoble, le président de l'université annonce un vote électronique à la rentrée

vendredi 13 avril 2018 à 19:24 Par Julien Morin, France Bleu Isère

Objectif, "connaître le véritable sentiment de la majorité". Patrick Lévy, le président de l'université Grenoble Alpes (UGA) annonce ce vendredi la tenue d'un vote électronique à la rentrée, afin que l'ensemble des étudiants et des personnels puissent s'exprimer sur les blocages.

Le président de l'UGA annonce un vote électronique à la rentrée
Le président de l'UGA annonce un vote électronique à la rentrée - David Monniaux

Grenoble, France

Les étudiants sont en vacances pour une semaine, mais le mouvement de contestation contre la loi ORE (ou Vidal) continue. À Grenoble, cinq bâtiments de l'UGA (Stendhal, Veil, l'ARSH, le Centre des langues vivantes et le Département Licence Sciences et Technologies) étaient toujours bloqués vendredi soir. En assemblée générale jeudi, ils étaient près de 700 a voter majoritairement la poursuite du mouvement. 700 sur les 45.000 étudiants et 5.800 personnels de l'UGA, ce qui fait tiquer Patrick Lévy, le président de l'Université. Il annonce la tenue d'un vote électronique à la rentrée auxquels tous pourront participer anonymement : "ce qui permettra de connaître le véritable sentiment de la majorité". Trois questions à Patrick Lévy.

Quel est l'objectif de ce vote électronique ?

Aujourd'hui, il y a une mobilisation qui n'est pas contestable, une mobilisation qui n'est pas illégitime. C'est plutôt la façon dont la mobilisation se passe qui pose problème. Le président de l'université à le rôle à la fois de faire en sorte que les personnels puissent travailler, et que les examens aient lieu. Ce que j'ai besoin de savoir, c'est s'il y a effectivement une majorité qui souhaite bloquer les bâtiments et empêcher qu'un certain nombre d'activités ait lieu sur le campus. Je sais très bien que tout le monde ne s'exprimera pas, mais si on a plusieurs milliers de vote, ça donnera déjà une bonne indication de ce que veulent les gens.

Légalement, ce vote n'aura aucun impact ?

Je ne suis pas d'accord. Je pense que la démocratie c'est d'abord ça, et c'est important pour la légitimité de ce que je fais (...) À partir du moment où il y a un soutien populaire, je pense que ça donne plus de forces pour exercer les différentes missions évoquées. 

Un soutien ? Un vote de grande ampleur se prononcera en faveur d'une levée des blocages ?

Je le sais. Les réactions on les enregistre par dizaines, mais le démontrer sera mieux, oui. Il y a une pétition qui a déjà recueilli plus de 1.000 signatures, et demande la levée de tous les blocages. Deux syndicats d'étudiants, l'ensemble des directeurs de composantes, l'ensemble des directeurs de laboratoires ont demandé la levée des blocages... Ça fait quand même pas mal de sens.

Ce vote électronique devrait avoir lieu à la rentrée. Les 45.000 étudiants et 5.800 personnels de l'université Grenoble Alpes pourront s'exprimer de manière anonyme.