Éducation

Blocus au lycée Honoré-d'Urfé à Saint-Étienne : les élèves dénoncent le "n'importe quoi" de leurs emplois du temps

Par Noémie Philippot, France Bleu Saint-Étienne Loire lundi 25 septembre 2017 à 11:25 Mis à jour le mardi 26 septembre 2017 à 7:00

Ils étaient entre 350 et 400 à bloquer leur lycée depuis 8 heures ce lundi matin.
Ils étaient entre 350 et 400 à bloquer leur lycée depuis 8 heures ce lundi matin. © Radio France - Noémie Philippot

Les élèves ont bloqué l'entrée du lycée Honoré d'Urfé à Saint-Étienne lundi matin. Ils étaient entre 350 et 400 devant les portes de l'établissement. Ils dénoncent de gros problèmes d'emplois du temps, ainsi que l'état des locaux. La direction n'a pas souhaité réagir.

Le 6 septembre dernier, une centaine de professeurs sur 200 au lycée Honoré d'Urfé de Saint-Étienne étaient en grève. En cause : des emplois du temps très mal faits. Aujourd'hui, ce sont les élèves qui prennent le relais.

Ils étaient entre 350 et 400 lundi matin à bloquer l'entrée de leur lycée. Poubelles et barrières en travers des grilles. Tous dénoncent le "n'importe quoi" de leurs emplois du temps : "Ils en avaient déjà fait un pour les trois premières semaines, et puis là on nous dit que ça change encore", explique une élève de première, "et là en fait c'est encore pire que celui d'avant !" Des heures de français qui s'enchaînent, à peine le temps de manger pendant la pause de midi, apparition d'heures de cours le samedi pour certains, alors qu'ils quittent le lycée à 18 heures tous les jours de la semaine ... "On est seulement en septembre, et on est déjà à bout. Mais la direction nous dit que tout va bien."

Ras-le-bol général des lycéens

Au-delà des problèmes d'emplois du temps, les lycéens dénoncent aussi l'état et l'aménagement du lycée : "On est 2.000 élèves, on n'a pas de Centre de Documents et d'Informations, et notre salle d'étude, on tient à une dizaine dedans seulement", lance une élève énervée. Et une autre de renchérir. "Moi en anglais, j'ai dû m’asseoir par terre. On a demandé une table en plus, mais là ça fait plusieurs semaines qu'il y a toujours quelqu'un qui doit s'ajouter à une table."

Les élèves de première et de terminale craignent de ne pas être assez bien préparés aux épreuves du bac : certains ont vu 4 heures de leur option lourde disparaître.  - Radio France
Les élèves de première et de terminale craignent de ne pas être assez bien préparés aux épreuves du bac : certains ont vu 4 heures de leur option lourde disparaître. © Radio France - Noémie Philippot

Les professeurs ont eu connaissance du blocus en arrivant devant le lycée. S'ils ne soutiennent pas à proprement parler le mouvement, certains partagent leur mécontentement, puisque ces problèmes d'emplois du temps les touchent aussi directement. Certains ont dû par exemple enseigner à de nouvelles classes ce lundi, après avoir travaillé pendant trois semaines avec d'autres. Le proviseur du lycée Honoré-d'Urfé, Gérard Bossolasco, était aussi devant les grilles. Il n'a pas souhaité s'exprimer : "Je parlerai quand les problèmes seront réglés", lance-t-il, sans toutefois donner de délai. Les lycéens ont maintenu le blocus jusqu'en fin de matinée, et ont commencé à se disperser un peu avant 11 heures.