Éducation

Blocus de l'école Réné Rucklin de Belfort par les parents d'élèves

Par Emilie Pou, France Bleu Belfort-Montbéliard lundi 19 juin 2017 à 17:55

Un groupe de parents a bloqué l'accès à l'école pendant une heure
Un groupe de parents a bloqué l'accès à l'école pendant une heure © Radio France - Emilie Pou

Les parents d'élèves des écoles René Rucklin aux Résidences à Belfort sont exaspérés. Ce lundi, ils ont bloqué l'accès aux classes pendant plus d'une heure. Ils dénoncent les conditions d'hygiène et de sécurité dans lesquelles leurs enfants sont scolarisés et demandent des travaux d'urgence.

Cela fait dix ans qu'ils attendent. Dix ans qu'on leur promet des travaux de réhabilitation qui ne cessent, depuis des années, d'être repoussés. Aujourd'hui les parents d'élèves du groupe scolaire René Rucklin aux résidences à Belfort n'en peuvent plus. Ils dénoncent les conditions d'hygiène et de sécurité dans lesquelles sont scolarisés leurs enfants et ont donc décidé, pour se faire entendre, d'organiser un blocus ce lundi matin. Ils ont empêché les élèves de rentrer pendant plus d'une heure. Ils recommenceront ce mardi matin et tant qu'ils n'auront pas eu gain de cause disent-ils.

Des murs qui s'effritent, des volets moisis, des gouttières qui tombent

"_Nos enfants ont cours dans des classes où les rideaux sont déchirés et moisi_s" explique ainsi Karima Anajjar, maman d'élèves élue au conseil d'école. "Les murs s'effritent et dernièrement une gouttière est même tombée au moment de la sortie des classes, heureusement elle a été retenue par un arbre. L'an dernier, au moment du carnaval, une fenêtre est même tombée". Depuis plusieurs semaines, les parents ont donc alerté la mairie mais selon eux la réponse tarde à venir ce qui renforce leur sentiment d'injustice: "On a le sentiment d'être oubliés parce que nous sommes dans un quartier dit sensible" explique Saleh, elle aussi maman d'élève élue: "C''est comme si nous nos enfants n'existaient pas".

Une gouttière de l'école s'est effondrée récemment  - Aucun(e)
Une gouttière de l'école s'est effondrée récemment - droits réservés

"J'attends toujours la signature de l'Etat pour engager les travaux"

Du côté de la mairie on confirme que les travaux de réhabilitation vont bien avoir lieu à court terme. On attend juste le feu vert de l'Anru, selon le maire Damien Meslot: "ces travaux qui vont coûter 6 millions d'euros seront financés en partie par des subventions de l'agence nationale de rénovation urbaine, mais j'attends toujours la signature de l'Etat". Damien Meslot promet aussi de se rendre sur place avant la fin de la semaine pour rendre visite aux parents et pour faire le tour de l’école. Il compte également demander à ses services de réaliser des travaux d'urgence.