Éducation

Bordeaux : la rentrée reportée jusqu'à lundi au lycée Beau de Rochas

Par Damien Gozioso et Loick Guellec, France Bleu Gironde lundi 5 septembre 2016 à 18:13 Mis à jour le mardi 6 septembre 2016 à 17:40

Le jour de cette rentrée écourtée, le lycée n'a pas pu indiquer aux élèves quand les cours reprendraient véritablement.
Le jour de cette rentrée écourtée, le lycée n'a pas pu indiquer aux élèves quand les cours reprendraient véritablement. © Radio France - Audrey Dumain

Le rectorat de Bordeaux et les professeurs du lycée Beau de Rochas sont tombés d'accord. Les cours reprendront lundi. D'ici-là les travaux que le corps enseignant demandait pour accueillir les élèves en toute sécurité seront effectués.

Les élèves de Beau de Rochas en sursis finalement jusqu'à lundi. Ce mardi, les professeurs qui avaient dans un premier temps décidé en assemblée générale de maintenir le droit de retrait qu'ils exercent depuis la veille sont finalement tombés d'accord avec le rectorat. Les cours reprendront lundi et d'ici là les travaux de sécurisation seront effectués. Selon eux, le retard pris dans les travaux engagés par la région durant l'été ne leur permettait pas de faire cours en toute sécurité. Jeudi 1er septembre, lors de la pré-rentrée, Jean-Louis Nembrini, le vice-président en charge de l'éducation,  assurait pourtant que tout serait prêt pour la rentrée.

Les élèves partagés 

Si certains lycéens de première et terminale connaissaient la charge des travaux réalisés - 27 millions d'euros investis par la région - les secondes étaient pour leur part assez étonnés par cette rentrée écourtée : " Je viens ici pour faire de la mécanique, je voulais voir les ateliers et à la place on est dans Bordeaux...", s'agace Jean Baptiste. "C'est mieux d'être dehors plutôt qu'en cours", glisse un autre élève à la sortie du lycée. Même si quelques uns avouent ne pas être contre plusieurs jours de vacances supplémentaires, ils soulignent tous le manque d'informations fournies par l'établissement : "Le pire c'est qu'on ne sait pas quand on va vraiment reprendre les cours, on ne nous dit rien."

Les élèves partagés à la sortie du lycée