Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Bordeaux : le quartier Euratlantique va se doter d'un nouveau campus, avec une école d'ingénieurs

mardi 26 mars 2019 à 18:36 Par Camille Huppenoire, France Bleu Gironde

Un immense campus, au sein duquel s'implantera une école d'ingénieurs. C'est l'ambitieux projet porté par l'enseignement catholique de Gironde, et soutenu par les collectivités territoriales, qui y voient l'occasion de combler le manque d'élèves ingénieurs dans la région.

Le campus sera implanté dans le quartier d'affaires Armagnac, sur le site d'Euratlantique.
Le campus sera implanté dans le quartier d'affaires Armagnac, sur le site d'Euratlantique. - Euratlantique

Bordeaux, France

Le quartier Euratlantique* à Bordeaux va se doter d'un immense campus d'ici deux à trois ans. Le projet est porté par l'enseignement catholique de Gironde. Le campus François d'Assise accueillera les activités de l'association Enseignement Catholique de Gironde, une école de la deuxième chance, les apprentis d'Auteuil, une résidence étudiante de 80 places sous forme "d'unités de vie" résolument modernes et tournées vers le collectif...et une école d'ingénieurs, grâce au groupe Yncréa, tout nouveau partenaire du projet. 

Un campus pour combler le manque d'élèves ingénieurs en Nouvelle-Aquitaine

Ce lundi, le groupe Yncréa, qui dispose de 11 campus d'élèves-ingénieurs en France et à l'international, a été confirmé comme partenaire du campus François d'Assise. En ouvrant une école de grande envergure, de 750 élèves ingénieurs, ce partenaire de premier choix ravit la région et la ville de Bordeaux. Car la Nouvelle Aquitaine manque d'élèves ingénieurs. On en compte 8000 sur toute la région, c'est à peine 6% du total d'élèves ingénieurs formés chaque année en France. Le campus François d'Assise va être pensé comme un site d'études en complémentarité avec les offres d'emploi sur le territoire, pour que les futurs ingénieurs formés à Bordeaux restent en Nouvelle-Aquitaine et contribuent à développer l'économie de la région.

Un budget de près de 30 millions d'euros

Le campus s'étendra sur presque 10 000 m², dont un tiers consacré à l'école d'ingénieurs, sur le site d'Euratlantique Armagnac Sud. Le budget pour ce projet ambitieux est d'environ 30 millions d'euros.  Les collectivités territoriales vont apporter plus de 10 millions d'euros. Une participation conséquente pour un projet que le maire de Bordeaux Nicolas Florian a classé dans ses dossiers prioritaires.    

Attirer une population jeune pour dynamiser Euratlantique

La création de ce campus doit permettre de dynamiser Euratlantique, d'en faire un véritable bassin de vie, en attirant au moins un millier de jeunes.  Mais comment loger toute cette nouvelle population, alors que la métropole bordelaise est une zone tendue, avec des tarifs élevés pour la location immobilière ? Le directeur général adjoint de l'établissement public d'aménagement Bordeaux-Euratlantique n'est pas inquiet. Gabriel Poifoulot explique que des logements vont être créés, dont plus d'un tiers de logements sociaux, ainsi que des résidences étudiantes, et que les loyers seront très encadrés. 

Si les premiers élèves pourraient commencer à arriver l'année prochaine, ce sera d'abord dans des locaux provisoires. Car le campus, dont on ignore encore quelle sera son architecture, ne sortira pas de terre avant deux ou trois ans.

* Euratlantique est un des sous-projets du programme de modernisation Bordeaux 2030. Il cadre l'aménagement de 738 hectares, autour de la gare Saint-Jean, dont la fin estimée vise 2027. Les villes de Bègles et Floirac sont également concernées.