Éducation

Bordeaux : quand les étudiants recherchent des petits boulots pour financer leurs études

Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde jeudi 17 septembre 2015 à 19:03

L'attente avant le job-dating, fac de la Victoire
L'attente avant le job-dating, fac de la Victoire © Radio France - Pierre-Marie Gros

Près d'un étudiant sur deux en France travaille pour financer sa scolarité. Ce jeudi à Bordeaux se tenait justement un job-dating réservé aux étudiants, organisé par l'Université. 250 postes étaient à pourvoir, mais les candidats étaient beaucoup plus nombreux

C'est la rentrée universitaire à Bordeaux ; et c'est aussi l'heure pour les étudiants de partir à la recherche d'un petit boulot. Ils étaient plusieurs centaines à se presser jeudi après-midi sur le site de la Victoire  pour le job-dating organisé par l'Université de Bordeaux. Près de 250 postes à pourvoir au total , dans des domaines aussi variés que l'animation sportive, la manutention , le baby-sitting ou le téléconseil. Les candidats ont pu rencontrer une quinzaine d'employeurs potentiels, comme la mairie de Bordeaux, la Poste ou des agences d'intérim, qui leur ont proposé des postes n'excédant pas 15 heures par semaine. 

Solveig, étudiante en Master de droit privé, est venue pour trouver quelques heures de garde d'enfant. Elle vient de passer un entretien de 5 minutes avec la représentante d'une agence spécialisée dans le baby-sitting.

Déjà, il faut qu'ils  me recontactent, qu'on reprenne un rendez-vous. Ce ne sera pas avant quelques semaines, je verrai bien si je trouve quelque chose d'autre avant 

— Solveig

"C'est fatigant, mais on n'a pas le choix"

La proportion d'étudiants qui travaillent pour financer leurs études ne cesse d'augmenter  C'est le cas aujourd'hui d'un étudiant sur deux.

Mes parents m'aident, mais ça reste très juste d'un point de vue financier, notamment pour payer mon appart. Je recherche un boulot de vendeur le week-end dans une boutique 

— Benjamin, en 2ème année de biologie

Pendant un job-dating  - Radio France
Pendant un job-dating © Radio France - Pierre-Marie Gros

Ces étudiants reconnaissent qu'il n'est pas toujours facile de concilier travail et études

Il faut beaucoup de motivation, et après avoir fait un petit boulot, se remettre à ses cours et se coucher tard. C'est très fatigant 

— Solveig  

Mais beaucoup d'entre eux reconnaissent qu'ils n'ont pas le choix

Si je ne bosse pas , je ne fais pas d'études, donc je suis un peu obligé de le faire

— Henri, en 2e année d'AES (Administration, Economie et Social)

"Je ne suis plus boursier, je dois donc travailler" Henri, étudiant en AES

Selon les organisateurs de la manifestation, ce sont près de 80% des offres proposés lors de ce job-dating qui à terme devraient être pourvues.