Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Bourges : collège des villes contre collège des champs ?

-
Par , France Bleu Berry

Une cinquantaine d'enseignants a manifesté, place Gordaine à Bourges, ce mercredi après-midi, à l'appel du SNES-FSU. C'est en ce moment que se décident les moyens attribués aux collèges pour la rentrée de septembre.

Certains collèges du Cher vont perdre plusieurs  dizaines d'heures d'enseignement par semaine, malgré des effectifs globalement stables.
Certains collèges du Cher vont perdre plusieurs dizaines d'heures d'enseignement par semaine, malgré des effectifs globalement stables. © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

Le ministère a adopté un nouveau mode de calcul des moyens en fonction de "la carte sociale" des établissements et de leur éloignement des grandes villes. Le but est de compenser notamment des handicaps liés au milieu rural . Le problème, estime les syndicats, c'est que certains établissements, en contrepartie, se voient retirer des heures.

Le SNES-FSU dénonce la saignée horaire que vont subir certains collèges. - Radio France
Le SNES-FSU dénonce la saignée horaire que vont subir certains collèges. © Radio France - Michel Benoit

Jusqu'à 37 heures en moins par semaine au collège d'Henrichemont par exemple.  Les manifestants sont même allés donner leur sang : " Quitte à se faire saigner, autant que cela serve " ont expliqué les enseignants. Pour le SNES-FSU, cette réforme, c'est tout simplement la mort du réseau d'éducation prioritaire puisque la base, ce sera des classes à trente élèves : " Ils vont établir un nombre de classes basé sur des seuils d'ouverture de classe à 30 élèves, détaille Thomas Armand, secrétaire adjoint du SNES-FSU dans le Cher. A cela, ils ajouteront un petit volant horaire qui va dépendre de l'indice de positionnement social de l'établissement, d'un indice d'éloignement, c'est à dire sa distance jusqu'au centre culturel, ou jusqu'au centre sportif. Ils prennent également en compte une variable par rapport au nombre d'élèves en situation de handicap, on va dire pour simplifier, et une petite variable en fonction de la taille de l'établissement."  Certains établissements comme ceux de Lignières, Chateaumeillant ou Nérondes vont y gagner, mais d'autres vont y perdre : Henrichemont, St-Florent sur Cher, St-Doulchard, Emile Littré à Bourges ou Edouard Vaillant à Vierzon. 

Le collège Emile Littré de Bourges va perdre 32 heures d'enseignement par semaine. - Radio France
Le collège Emile Littré de Bourges va perdre 32 heures d'enseignement par semaine. © Radio France - Michel Benoit

Si l'objectif est louable, la solution n'est pas la bonne estime Thomas Armand : " Des études officielles démontrent que les élèves à la campagne réussissent au moins aussi bien que ceux de la ville. En revanche, ils ont des ambitions moindres. Pour nous, la solution, plutôt que de faire des différences au niveau des moyens, ce serait d'embaucher massivement des psychologues de l'éducation nationale de manière à travailler l'ambition scolaire et l'orientation dans ces établissements plus ruraux." Le collège Louis Armand de St-Doulchard affichera d'ailleurs son mécontentement ce jeudi matin à 10H00.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu