Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Bourges : une pétition pour sauver les licences menacées

vendredi 24 novembre 2017 à 20:37 - Mis à jour le samedi 25 novembre 2017 à 17:44 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Une pétition à Bourges pour tenter de sauver les trois licences professionnelles menacées à l'IUT. Décision annoncée il y a quelques jours à l'issue d'un conseil d'administration de l'université d'Orléans, confrontée à un un déficit abyssal de 12 millions d'euros.

La pétition demande le maintien des trois licences professionnelles menacées à Bourges
La pétition demande le maintien des trois licences professionnelles menacées à Bourges © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

Les élus berruyers veulent aujourd'hui réagir : depuis 35 ans, la ville de Bourges se développe sur le plan de la formation avec plus de 4.000 étudiants. Ces fermetures seraient un rude coup pour le territoire. Trois licences professionnelles devraient disparaitre à l'IUT : management des activités commerciales, métiers de l'instrumentation de la mesure et du contrôle qualité, et la dernière, gestion et pilotage des projets. Une formation qui n'existe qu'à Bourges et Mulhouse. Aberrant pour Didier Aubry, son responsable : " C'est du gâchis. Nos étudiants ont un très bon taux de placement à la sortie. On travaille en lien avec les entreprises locales. On a un recrutement local et national. Que l'université soit contrainte de fermer des formations, oui, mais pas celles qui fonctionnent. Mais c'est tellement plus simple de frapper dans les antennes décentralisées plutôt qu'à Orléans, dans la maison mère !"

Les premiers pétionnaires rassemblés autour d'Irène Felix, élue socialiste,  conseillère départementale et municipale à Bourges - Radio France
Les premiers pétionnaires rassemblés autour d'Irène Felix, élue socialiste, conseillère départementale et municipale à Bourges © Radio France - Michel Benoit

Une union sacrée pour sauver l'IUT ?

A la manoeuvre dans ce collectif pétitionnaire, Irène Felix, élue socialiste à la ville de Bourges et au département. L'élue demande à l'état d'intervenir : "Il faut dire stop tout de suite sinon je crains qu'une deuxième lame ne passe et ne fasse disparaitre d'autres formations à Bourges, comme à Châteauroux. Il s'agit d'aménagement du territoire, l'état doit donc intervenir pour limiter les dégâts. J'ai contacté les députés pour qu'ils agissent auprès du ministère." Des menaces pèsent également sur les formations en droit. Alex est étudiant en 2eme année mesures physiques. Il vit à Marmagne et souhaiterait continuer en licence à Bourges l'année prochaine : " Tout le monde ne peut aller loin pour étudier. Je souhaite rester dans le Cher pour travailler et cette formation correspond aux besoins locaux. je vais faire circuler la pétition."

Pascal Blanc, président de Bourges Plus et maire de Bourges a demandé un rendez-vous avec le président de l'université d'Orléans en compagnie de Michel Autissier, président du conseil départemental du Cher. - Radio France
Pascal Blanc, président de Bourges Plus et maire de Bourges a demandé un rendez-vous avec le président de l'université d'Orléans en compagnie de Michel Autissier, président du conseil départemental du Cher. © Radio France - Michel Benoit

A droite, Pascal Blanc, président de Bourges Plus monte aussi au créneau : " Cette décision est choquante sur la forme et sur le fond. Sur la forme tout d'abord car nous avons été informés de manière brutale suite à un conseil d'administration de l'université. Sur le fond, c'est très grave car l'enseignement supérieure surtout à l'IUT est en prise directe avec notre territoire. Il répond aux besoins des entreprises et nous permet de garder des jeunes chez nous." Michel Autissier, président du conseil départemental a également demandé un rv avec le président de l'université d'Orléans. Le conseil régional qui élabore actuellement son schéma de l'enseignement supérieur sera aussi interpellé. La pétition contre la fermeture de trois licences professionnelles à Bourges est en ligne sur le site Change.org.