Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Boycott du bac : "Maintenant c'est un bac local" pour le SNES-FSU de la Loire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les épreuves anticipées du bac sont supposées commencer à partir d'aujourd'hui mais elles pourraient être perturbées par des enseignants qui s'opposent à la réforme du bac.

Une salle d'examen vide (Illustration)
Une salle d'examen vide (Illustration) © Radio France - Juliette Micheneau

Saint-Étienne, France

Les épreuves anticipées du bac commencent aujourd'hui mais elles pourraient-être perturbées. Certains enseignants sont très remontés sur les conditions dans lesquelles sont organisées ces épreuves. Ils craignent un bac qui ne serait pas équitable entre les établissements. Avant 8h nous étions avec Sandrine Melot du syndicat SNES FSU.

INTERVIEW - Sandrine Melot du SNES FSU

Apparemment ce n'est pas le moment de s'opposer au ministre. 500 enseignants ont été rappelés à l'ordre et 50 ont écopé d'une sanction disciplinaire pour avoir boycotté en juin dernier les épreuves du bac.

Je ne suis pas concerné mais ce sont des enseignants qu'on soutient. Au mois de juin on avait effectivement déjà protesté pour le premier jour des épreuves de philosophie. On continue cette année car on n'est toujours pas d'accord avec cette réforme. Elle met les élèves et les professeurs en difficulté.

Chaque établissement choisit la date à laquelle ils fait passer les épreuves, ainsi que les sujets. Cela n'est pas une bonne idée de laisser de la marge de manœuvre aux professionnels que vous êtes ?

Bien sûr que non. Cela engendre des inégalités territoriales, des inégalités entre élèves. Le ministre de l’Éducation promet des sanctions en cas de boycott. On verra à ce moment là. Ce qui nous importe ce sont les élèves. Qu'ils soient tous traités de la même manière. Les paroles du Ministre on verra plus tard.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu