Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bretagne et déconfinement : la stratégie du gouvernement laisse les syndicats perplexes dans l'enseignement

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Edouard Philippe a détaillé ce mardi le plan de déconfinement du gouvernement. Une stratégie différenciée selon l'âge des élèves qui laisse dubitatifs les responsables bretons des syndicats d'enseignants et de parents d'élèves.

Les élèves bretons vont reprendre progressivement le chemin de l'école à partir du 11 mai.
Les élèves bretons vont reprendre progressivement le chemin de l'école à partir du 11 mai. © Radio France - Thomas Biet

"Pour la plupart des enseignants, c'est encore plus flou après le discours d'Edouard Philippe qu'avant". Voilà le sentiment de Sabrina Manuel, la co-secrétaire du SNUipp-FSU dans le Finistère. L'enseignante estime que le plan de déconfinement pour les élèves a un objectif : remettre les parents au travail

Le concept c'est : l'école est une garderie !

L'argument de la justice sociale mise en avant par le Premier ministre, elle ne veut pas l'entendre : "Cela me fait doucement rigoler d'entendre le Premier ministre en parler quand on l'alerte depuis des années sur ces problématiques et quand on voit que les Rased (réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté) n'ont pas de moyens depuis des années". 

Même avis d'Olivier Cuzon, le responsable du syndicat Sud Education dans le Finistère : "On pense que c'est un peu le concept de l'école comme mode de garderie des enfants qui l'a emporté. La catégorie d'âge la plus susceptible de respecter les gestes barrières, les lycéens, est celle qui va être déscolarisée le plus longtemps". 

La FCPE veut des commissions avant ouvertures 

La présidente de la FCPE du Morbihan, Maud Le Roscoüet pointe également des incohérences du plan gouvernemental et s'inquiète avant tout de l'absence de mesures sanitaires planifiées et expliquées : "Les masques vont être obligatoires au collège donc c'est important d'en porter. Mais pas à l'école ? Nous n'avons pas de protocole clair appuyé sur l'avis de scientifiques. On ne voit pas quelles consignes strictes vont être prises et comment les écoles vont pouvoir s'organiser". 

La fédération de parents d'élèves demande la tenue d'une commission hygiène et sécurité avant chaque ouverture d'école : "Or, il ne reste qu'une dizaine de jours pour faire ce travail intense de préparation". Sabrina Manuel approuve : "On ne met pas 15 élèves dans une classe avec une distance de sécurité d'1,5m entre eux, dans ma classe ce n'est pas possible, on aurait voulu des tests pour les enseignants, pour les élèves". Son syndicat met également en avant l'incohérence d'une reprise des maternels "qui ne peuvent pas porter des masques". 

Intelligence collective, nouveau système D

Edouard Philippe en appelle à l'intelligence collective des enseignants, Sabrina Manuel bondit : "J'ai l'impression que c'est une nouvelle manière de dire démerdez-vous !"

Le calendrier fait grincer des dents Olivier Cuzon : "On voit que notre ministre est à nouveau désavoué sur ce sujet" relève-t-il.  Le responsable départemental de Sud Education fait également remarquer que l'on fait "porter la responsabilité d'une éventuelle contagion aux familles sur la base d'un volontariat un peu forcé quand les deux parents sont salariés". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess