Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Brigitte Macron et Jean-Michel Blanquer en croisade à Dijon contre le harcèlement scolaire

lundi 5 mars 2018 à 21:21 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

La lutte contre le harcèlement en milieu scolaire était au cœur d'un déplacement de Brigitte Macron et Jean-Michel Blanquer à Dijon ce lundi 5 mars. Au lycée Carnot, la Première dame et le ministre de l'Éducation nationale ont assisté à un théâtre-forum animé par des élèves.

Au premier rang d'une salle comble, Brigitte Macro et Jean-Michel Blanquer ont assisté à la prestation des élèves ambassadeurs contre le harcèlement
Au premier rang d'une salle comble, Brigitte Macro et Jean-Michel Blanquer ont assisté à la prestation des élèves ambassadeurs contre le harcèlement © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

L’amphithéâtre « ancienne chapelle » du lycée Carnot affichait complet ce lundi après-midi à Dijon. Élèves venus de plusieurs départements, enseignants, élus, et au premier rang le ministre de l’Éducation nationale, et l'épouse du président de la République, tous ont assisté à la prestation théâtrale des ambassadeurs contre le harcèlement. Dans leurs établissements, ces élèves des académies de Dijon et Aix-en-Provence, mènent des actions contre ce fléau qui toucherait un enfant sur dix, selon Jean-Michel Blanquer. 

Pour démonter les mécanismes du harcèlement, les élèves ont interprété des saynètes. - Radio France
Pour démonter les mécanismes du harcèlement, les élèves ont interprété des saynètes. © Radio France - Jacky Page

Racisme, sexisme, homophobie, les lycéens ont imaginé des saynètes pour démonter les mécanismes du harcèlement. Kevin est élève de 1ère au lycée Camille Claudel à Digoin, en Saône-et-Loire. Il était sur scène pour interpréter l’un des rôles, car dans son établissement, il s'investit contre le harcèlement : « on s’investit parce qu’il y a tellement d’élèves qui se sentent mal à cause de ça. C’est comme une maladie, il y a plein de symptômes, on voit un renfermement de l’élève sur lui-même ». Alice est ambassadrice contre le harcèlement dans son lycée d'Avignon. Son action n’est pas vaine : « on a quelqu’un qui était harceleur, qui s’en est rendu compte, et qui maintenant a décidé de faire face à cette injustice, parce qu’il a compris ».

Ancienne enseignante, Brigitte Macron tient à combattre le harcèlement à l'école. - Radio France
Ancienne enseignante, Brigitte Macron tient à combattre le harcèlement à l'école. © Radio France - Jacky Page

"Des ados m'écrivent. Leur lettres sont déchirantes" — Brigitte Macron

C’est un phénomène que connaît bien Brigitte Macron, ancienne enseignante. La Première dame est même encore alertée par des victimes : « j’ai certains ados qui m’écrivent parce qu’ils savent que j’ai été prof. Et je peux vous dire que leurs lettres sont déchirantes. C’est très destructeur. Comment voulez-vous vous construire quand les autres pensent ça de vous. Vous avez une vision totalement dévalorisée de vous-même ».

Jean-Michel Blanquer souhaite des ambassadeurs contre le harcèlement dans chaque collège et lycée. - Radio France
Jean-Michel Blanquer souhaite des ambassadeurs contre le harcèlement dans chaque collège et lycée. © Radio France - Jacky Page

"Il y a toute une série de dérives sur les réseaux sociaux" — Jean-Michel Blanquer

Le harcèlement, qui peut déboucher sur un suicide de l'enfant dans les cas extrêmes, est souvent amplifié par les réseaux sociaux. C'est l'une des raisons qui poussent Jean-Michel Blanquer à envisager l'interdiction des portables dans les collèges : « on sait aujourd’hui qu’il y a du harcèlement au travers des téléphones portables, il y a des petits films qui sont diffusés à l’insu de ceux qui sont filmés, il y a toute une série de dérives au travers des réseaux sociaux ». Le ministre souhaite que des élèves ambassadeurs contre le harcèlement soient présents dans chaque collège et lycée. L'an dernier, le 3020, le numéro vert où peuvent être signalés de tels faits, a enregistré plus de 15.000 appels.