Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Brive : avec 21,39 de moyenne, Arthur est le meilleur bachelier de France !

vendredi 13 juillet 2018 à 17:03 Par Delphine-Marion Boulle, France Bleu Limousin et France Bleu

A 17 ans, Arthur Eymerie, élève au lycée D'Arsonval à Brive a obtenu son bac avec la mention très bien, mais surtout une moyenne record : 21,39. Il est à priori, selon le ministre de l'Education Nationale, le meilleur bachelier de France.

Avec 21,39 de moyenne au baccalauréat, Arthur Eymerie est le meilleur bachelier de France.
Avec 21,39 de moyenne au baccalauréat, Arthur Eymerie est le meilleur bachelier de France. - Arthur Eymerie

Brive-la-Gaillarde, France

"C'est un élève qui a absolument tout", Frédéric Le Hech est le professeur d'histoire-géographie d'Arthur Eymerie. Cet élève de terminale ES du lycée D'Arsonval à Brive est le meilleur bachelier de France avec une moyenne de 21,39 ! Avec son bac ES, celui qui est également secouriste à la Croix Rouge, va prendre la direction de Paris pour intégrer la prestigieuse école Sciences Po.

"Oui, plus ou moins, c'est difficile à réaliser" plaisante Arthur. Il vient de signer un record au baccalauréat, 21,39 de moyenne mais il reste modeste "j'ai pas une fierté à être meilleur que les autres, j'ai une fierté à être allé presque au maximum de ce que je pouvais faire". Une réussite collective qu'il doit aussi à son entourage, parents, amis et professeurs : "mes parents et mes amis  m'ont accompagné et je pense que ça a été un facteur déterminant. Cette réussite est aussi la leur". 

Bien choisir ses options

Les options, c'est un peu le secret pour décrocher le bac, voire la mention, voire même dépasser les 20/20 de moyenne selon Arthur : "N'importe quel élève de lycée sait très bien qu'il ne peut pas être bon partout. Les options, en plus d'apporter une ouverture d'esprit culturelle, peuvent apporter des points et compenser des petites erreurs de ci, de là". Des options qu'il a choisi méticuleusement. Le latin et l'option Europe, de l'histoire-géographie en anglais, lui ont permis de compenser sa plus faible note : un 16 en sport, dont il se dit tout de même très fier.  

Des élèves comme Arthur on a un dans sa carrière, et encore avec beaucoup de chance ! - Frédéric Le Hech, professeur .

Celui qui a préparé Arthur au concours d'entrée à Sciences Po ne tarit pas d'éloges sur son élève. Il dresse le portrait d'un lycéen attentif, curieux, déjà très cultivé et mature pour son âge avec lequel "on peut avoir des discussions". "Il est attentif aux autres. Il a l'envie d'aider ses camarades, d'être disponibles pour eux" explique Frédéric Le Hech tandis que Martine Vergne, professeure d'allemand parle d'un élève "humble et très agréable" pendant les cours en plus d'être ouvert d'esprit. 

Secouriste à la Croix-Rouge

C'est sans doute cette ouverture d'esprit qui le pousse à s'engager à La Croix Rouge, le besoin de s'intégrer, de participer à la communauté. "On ne fait pas un pays avec des gens qui travaillent tous seuls. Il faut des bons bacheliers, mais aussi des gens qui s'investissent à la Croix-rouge, des artistes, des agriculteurs" explique sur un ton très réfléchi Arthur, avant de poursuivre "ce n'est pas en cherchant à être la personne avec la meilleure note qu'on fait une Nation mais en travaillant tous ensemble"

En même temps que les épreuves du bac, Arthur a passé les concours de Sciences Po Paris et Bordeaux. "C'était mon objectif dès le début de l'année. J'ai même plus travaillé ces concours que le bac" confesse-t-il.  Et sans surprise, ou presque, il est reçu. Le choix est déjà fait, l'an prochain, le jeune lycéen briviste deviendra parisien.