Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Municipales : le bureau des vérifications

Bureau des vérifications : des fruits et légumes locaux dans les cantines à Marseille, c'est possible

-
Par , France Bleu Provence

La plupart des candidats à la mairie de Marseille s'engagent à favoriser le local et le bio dans les cantines. Au risque d'alourdir la facture, Martine Vassal promet du 100% local pour les fruits et légumes. Proposition ambitieuse, mais réalisable d'ici la fin du mandat.

Des petits marseillais à la cantine à Marseille.
Des petits marseillais à la cantine à Marseille. © Maxppp - Pierre Robert

La candidate LR à la mairie de Marseille aimerait que dans les cantines, les élèves ne mangent plus de tomates en plein hiver. Si elle est élue, Martine Vassal veut imposer des fruits et des légumes d'origine 100 % locale "le plus vite possible". Aujourd'hui, selon la municipalité de Jean-Claude Gaudin, les repas dans les cantines sont préparés avec en moyenne 35 % de produits locaux. La moitié des aliments seraient également bio.

Avant la fin de son mandat, le futur maire de Marseille devra renégocier la délégation de service public (DSP) en vigueur depuis 2018. Elle arrivera à échéance en 2025. Martine Vassal veut en profiter pour imposer au menu des cantines des fruits et des légumes de Provence. "Nous sommes les premiers producteurs de fruits et de légumes, affirme la candidate. On peut donc éduquer les enfants avec une alimentation locale. Il faut leur expliquer qu'on ne peut pas tous les fruits et légumes du 1er janvier au 31 décembre". 

Ce sera peut-être plus cher

Le choix du "tout local" pourrait peut-être faire grimper le montant de la facture. "Oui, c'est possible, reconnaît Martine Vassal. Au département des Bouches du Rhône, j'ai fait cette expérience avec les collèges. En effet, il y a eu un coût supplémentaire. Mais la santé des enfants est primordiale. Leur apprendre à manger en fonction des saison, c'est une très belle chose". 

Cette promesse semble donc être tout à fait réalisable. La Sodexo sait parfaitement que Marseille est un marché à ne surtout pas perdre. C'est 20 % du marché de la restauration collective dans la région. Pourra-t-elle pour autant répondre à l'objectif du 100 % local ? Le géant de la restauration collective a refusé de répondre à cette question.

80 % des fruits et légumes produits dans les Bouches du Rhône sont exportés

Les agriculteurs de la région se disent prêts. Notamment dans les Bouches du Rhône, unique département de France où tous les fruits et légumes courants sont disponibles, sauf les bananes et les ananas. "Nous pouvons fournir les cantines, assure Romain Blanchard, président des Jeunes Agriculteurs des Bouches du Rhône. Aujourd'hui, nous importons 80 % de notre consommation mais dans le même temps, nous exportons 80 % de notre production".

Les autres candidats veulent eux aussi imposer des produits locaux dans les cantines. À Marseille, Sébastien Barles, tête de file de Génération Écologie les Verts estime qu'il est possible de fournir également en bio toutes les cantines de la ville.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu