Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Bussière-Dunoise : les parents lèvent l'occupation de l'école face à la "fermeté" de l'académie

mercredi 31 janvier 2018 à 20:21 Par Marc Bertrand, France Bleu Creuse

Le directeur académique a gagné le bras de fer face aux parents d'élèves de Bussière-Dunoise. Reçus mercredi soir à l'inspection d'académie, ils lui ont demandé d'annuler la fermeture de la quatrième classe de leur école à la rentrée prochaine. Ils se sont vus opposer un "non ferme et définitif".

Les parents occupaient encore l'école de Bussière-Dunoise ce mercredi matin.
Les parents occupaient encore l'école de Bussière-Dunoise ce mercredi matin. © Radio France - DR

Bussière-Dunoise, France

Il n'aura fallu que trois jours au directeur académique (DASEN) venir à bout de la contestation des parents d'élèves de Bussière-Dunoise. Après deux jours d'occupation de leur école, la délégation reçue à l'inspection d'académie ce mercredi soir est ressortie "résignée". Les parents vont lever l'occupation de l'école après une dernière mobilisation jeudi matin.

Les parents d'élèves étaient venus réclamer le maintien de la quatrième classe de l'école, dont la fermeture est prévue à la rentrée 2018 par la nouvelle carte scolaire. La classe multiniveaux CP-CE1 de l'école, à 12 élèves aujourd'hui, va devenir un CP-CE1-CE2 à 22 "voir 24" élèves pour un(e) seul(e) enseignant(e), selon Marie-Noëlle, une des parents d'élèves reçus.

Le DASEN nous a dit qu'on était bien lotis. On est résignés, on a compris que Bussière n'est pas sa priorité"

"Il se réfugie derrière les zéro postes" attribués à la Creuse

Dévoilée vendredi et confirmée lundi, la nouvelle carte scolaire a surpris les parents du département. 11 fermetures de classe sont prévues, pour 11 ouvertures de classes ou de postes par ailleurs, notamment cinq postes d'enseignants spécialisés pour suivre les élèves en difficulté, et un poste de psychologue scolaire pour le Sud-Creuse qui n'en avait aucun jusqu'à présent.

"Le DASEN nous a fait comprendre qu'avec 224 élèves en moins en Creuse l'an prochain, le ministère avait déjà fait un cadeau au département en ne retirant aucun poste d'enseignant cette année", explique Marie-Noëlle. 

La mère de famille dit quand même avoir "apprécié la disponibilité du directeur d'académie, qui nous a reçus pendant plus d'une heure" pour expliquer ses choix.

Une rapidité qui a surpris par rapport à l'an dernier

L'an dernier, les parents avaient réussi à faire plier l'inspection d'académie, qui avait envisagé puis annulé la fermeture d'une des quatre classes de l'école. Cette année, ils disent avoir été pris de court par le calendrier : il n'y a eu qu'une semaine entre la présentation de la nouvelle carte scolaire aux parents et sa validation définitive.

A lire aussi  ►  11 fermetures de classes à la rentrée en Creuse

La différence ? En 2016, les syndicats avaient voté à l'unanimité contre la proposition de carte scolaire de l'académie, forçant le DASEN à revoir sa copie et à enchaîner les réunions pendant plusieurs semaines. 

Cette année, le SnuiPP, syndicat majoritaire, a mené bataille contre la carte scolaire. Mais l'Unsa, minoritaire, s'est abstenue, estimant que la carte scolaire était juste compte tenu des moyens limités accordés à l'académie. 

D'autres écoles restent mobilisées

Ailleurs dans le département, la bataille continue. A Crocq, les parents d'élèves vont occuper leur école à partir de jeudi, qui compte 67 élèves et qui va perdre elle aussi sa quatrième classe. A Guéret, les parents de l'école maternelle Paul Langevin vont également continuer la mobilisation. Leur école va perdre sa quatrième classe. 

Dans les deux cas, des délégations de parents d'élèves seront reçues la semaine prochaine par le directeur académique des services.